Charles Piazzi Smyth

De Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Piazzi Smyth

Charles Piazzi Smyth ( 3 Janvier1819 - 21 février 1900) était un astronome britannique nommé astronome à la cour du royaume d'Écosse de 1846 à 1888. il est connu pour plusieurs améliorations dans le domaine de l'astronomie, et pour avoir avec sa femme Jessica Ducan Piazzi Smyth fait des études sur la Grande Pyramide de Gizeh

Biographie

Charles Piazzi Smyth [1] est né à Naples en Italie, fils du capitaine William Henry Smyth et de sa femme Eliza Anne "Annarella" Warington. Il a été nommé Piazzi en référence à son parrain, l'astronome italien Giuseppe Piazzi.[2] qui a découvert le premier astéroïde, Cérès. Il suit sa scolarité à la Bedford School en Angleterre jusqu'à 16 ans où la famille habite. Il est par la suite l'assistant de Sir Thomas Maclear au cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud, en ce lieu il a pu observer la comète de Halley et la grande comète de 1843. Il a pris une part active à la vérification et à l'amélioration du calcul de l'arc du méridien défini par Nicolas Louis de Lacaille.[3]

En 1846 il est nommé astronome royal de l’Écosse à l'Observatoire de Calton Hill à Édimbourg, il est également nommé professeur d'astronomie à l'Université d’Édimbourg.[4]

En 1856, pour tenter de prouver la validité d'une idée de Newton comme quoi l'observation des étoiles seraient plus efficaces sur les plus hautes montagnes, Smyth organise un voyage sur le mont Guajara à Tenerife, avec sa femme avec laquelle il s'est marié une année plus tôt. Ils y restent un mois à relever des données astronomiques, météorologiques et géologiques. [5] Il y fait la première observation connue de la chaleur émise par la lune. Smyth devient alors un pionnier de l'usage moderne de placer les télescopes sur les lieux les plus élevés pour profiter de meilleures conditions d'observation.

En 1871 et 1872 Smyth s"intéresse au spectre de l'aurore et de la lumière zodiacale juste avant le lever du soleil. A cet titre, il recommande alors l'usage des bandes de précipitations pour prévoir la météo et découvre, avec Alexander Stewart Herschell la relation harmonique entre les rayons émis par le monoxyde de carbone. De 1877 à 1881 Piazzi Smyth entreprend plusieurs voyages scientifiques au Portugal principalement à Lisbonne et Madère. dans les domaines météorologiques et spectrascopiques. Il rend compte de ses travaux dans le journal Edinburgh Philosophical Transactions puis en tire deux livres, Madeira Spectroscopic (1882) et Madeira Meteorologic (1883). Ces recherches sur le spectre solaire lui font obtenir le prix de Thomas Makdougall Brisbane.[6]

Il est célèbre pour ses théories sur la pyramidologie, voyant en la grande pyramide de Gizeh une œuvre de Dieu, et dont les mesures révèlent un enseignement caché en relation avec la Bible.

Publications

Ressources Vidéos

Références

  1. Arrowup.png Brück, Hermann Alexander; Brück, Mary T. (1988). The Peripatetic Astronomer: The Life of Charles Piazzi Smyth. Bristol: A. Hilger. p. 46. ISBN 978-0-85274-420-8. .
  2. Arrowup.png Clerke, Agnes Mary. Smyth, Charles Piazzi. 25. p. 282. 
  3. Arrowup.png Clerke, Agnes Mary. Smyth, Charles Piazzi. 25. p. 282. 
  4. Arrowup.png Clerke, Agnes Mary. Smyth, Charles Piazzi. 25. p. 282. 
  5. Arrowup.png Brück, Hermann Alexander; Brück, Mary T. (1988). The Peripatetic Astronomer: The Life of Charles Piazzi Smyth. Bristol: A. Hilger. ISBN 978-0-85274-420-8. .
  6. Arrowup.png Piazzi Smyth’s Pictures of the Solar Spectrum in Lisbon, Sintra and Madeira: Analysis of Results and Instruments COSTA, Fernanda Madalena, PERES, Isabel Marília, JARDIM, Maria Estela University of Lisbon

Cet article est en partie une traduction de l'article Charles Piazzi Smyth de la version anglaise de Wikipédia consultée le 7 février 2021.