Études supérieures

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Révision de 6 septembre 2011 à 21:12 par Liberty 84 (discussion | contribs) (Page créée avec « Dans ses publications, la Société Watch Tower n'interdit pas impérativement les '''études supérieures''', mais a toujours montré qu'elle y était hostile; elle s'efforc... »)

(diff) ← Version précédente | view current revision (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Dans ses publications, la Société Watch Tower n'interdit pas impérativement les études supérieures, mais a toujours montré qu'elle y était hostile; elle s'efforce donc de démontrer qu'il vaut mieux en limiter la durée pour éviter de mettre en danger sa "spiritualité" au contact de l'enseignement profane: philosophie, préhistoire, évolution, etc...

Arguments de la Watch Tower

En 1975, une publication a considéré l'université comme un lieu de "lavage de cerveau":[1]

"Mais jusqu'où doivent-ils poursuivre leurs études profanes ? Il ne serait guère raisonnable pour un jeune garçon, ou une jeune fille, de poursuivre de son propre gré des études coûteuses au delà de ce qu'exige la loi ou ses parents. D'après <CiteBible>1 Timothée 6:20</CiteBible>, il serait peu sage de se remplir l'esprit des philosophies des hommes imparfaits (...). C'est pourquoi des années d’étude à l’université peuvent présenter des pièges. On peut subir un véritable "lavage de cerveau" à cause de l'enseignement de philosophies humaines et permettre ainsi la destruction de sa foi en Dieu et dans la Bible."

En 2008, les enseignements furent présentés en 2008 comme autant de "théories pernicieuses" qui auraient un lien avec l'absence de croyance en Dieu dans nos pays:[2]

"Maintenant, que dire des longues études, effectuées à l'université ou dans une grande école? Quantité de gens les considèrent comme indispensables à la réussite. Seulement, nombre d'étudiants sortent de ces établissements la tête remplie de théories pernicieuses. En faisant de longues études, des chrétiens gaspillent leurs jeunes années, qui seraient bien mieux employées dans le service de Jéhovah (<CiteBible>Ecclésiaste 12:1</CiteBible>). Peut-être n'est-ce pas un hasard si, dans les pays où il est courant de suivre de longues études, la croyance en Dieu est plus faible que jamais. Pour subvenir à ses besoins, le chrétien ne s'en remet pas aux formations poussées de l'enseignement supérieur, mais à Jéhovah. — <CiteBible>Proverbes 3:5</CiteBible>"

De plus, la Watch Tower suggère qu'il n'est pas très utile de faire de longues études dans un monde qui n'a pas d'avenir; mieux vaut donc consacrer le peu de temps qu'il reste avant l'intervention de Jéhovah, à l'œuvre de prédication; c'est l'idée qui ressort de La Tour de Garde du 1er octobre 2005, page 29:

"De nos jours, il est communément admis qu'il faut impérativement passer par l'université ou par une grande école pour réussir. Mais les chrétiens ne suivent pas l'opinion populaire. (...) Nous ne devons pas céder à l'esprit matérialiste du monde, mais bien plutôt 'rester dans notre bon sens', c'est-à-dire garder notre orientation spirituelle. Aussi, jeunes chrétiens, posez-vous ces questions: Est-ce que je fais le maximum pour 'accomplir mon ministère', pour acquérir les qualités requises d'un ministre de la Parole de Dieu? Qu'ai-je prévu de faire pour m'acquitter de mon ministère "pleinement" ? Ai-je envisagé de faire du service à plein temps l'activité principale de ma vie."

Évolution du point de vue de la Watch Tower

À une certaine époque, des observateurs extérieurs constataient qu'un revirement se manifestait dans l'organisation des Témoins de Jéhovah, encourageant des études plus poussées, changement que certains mettaient sur le compte de besoins de la Société Watch Tower, notamment en informatique ou dans le domaine du droit.[3] Cependant, de récents articles de La Tour de Garde, comme celui précédemment cité, ou le discours prononcé lors d'une assemblée par un membre du Collège Central, Gerrit Losch, qui, tout en affirmant ne pas donner d'ordre aux adeptes Témoins, a comparé les études supérieures à un suicide [4] amènent à s'interroger sur un possible retour en arrière de la position de l'organisation des Témoins de Jéhovah.

Au sujet des études supérieures, une fille du Kentucky, USA, éduquée par des Témoins de Jéhovah et venant de recevoir la prestigieuse bourse Rhodes expliqua en novembre 2009 comment elle est allée à contre-courant de la vision du mouvement religieux sur les études en persévérant dans cette voie malgré les critiques.[5]

Dans les faits

Il est vrai que certains parents font le choix de faire suivre des études plus longues à leurs enfants, mais apparemment cela reste une minorité, car la poursuite d'études est souvent regardée comme un signe de manque de spiritualité pouvant restreindre l'accès à des fonctions dans l'organisation. Raymond Franz, un ex-membre du Collège Central, expliqua que lors de certaines sessions de ce corps dirigeant, la question de savoir si un père de famille pouvait être nommé ou rester ancien, c'est-à-dire s'il était digne de recevoir ou de conserver une charge de surveillance dans la congrégation, alors que l'un de ses enfants s'était lancé dans des études universitaires, fut débattue.[6] En 2008, le plan d'une réunion des surveillants de circonscription avec les anciens et les assistants ministériels contenait une partie intitulée "Des paroles saines à propos de l'éducation profane" qui posait la question: "Est-ce qu'un frère pourrait continuer à satisfaire les exigences du maintien des privilèges de la congrégation si lui, sa femme ou ses enfants faisaient des études supérieures?", après quoi deux situations concrètes étaient examinées.[7] Ces points de vue sont toujours en vigueur en 2011, comme le révèlent les réunions de l'École du Ministère du Royaume au cours desquelles il fut rappelé qu'un ancien peut perdre ses fonctions dans le cas où au moins l'un de ses enfants poursuivait des études supérieures. À titre de comparaison, il est à noter que Judas, le fils du membre du Collège Central Albert Schroeder, a pu suivre des études de droit pour obtenir une licence sans que cela ne remettre en cause le statut de son père dans l'organisation.

Toutefois, il convient de préciser que, concrètement, dans des pays comme la France, les règles ne sont pas toujours appliquées à la lettre, car le mouvement, qui a vu sa réputation mise en cause par les associations anti-sectes et des ex-membres qui lui reprochaient de prôner le retrait social des adeptes, désire à présent offrir une image plus sympathique au grand public; aussi, une règle tacite dans l'organisation veut que seules les études longues, généralement lorsqu'elles dépassent deux années après le BAC, constituent effectivement des études supérieures. Par ailleurs, les études longues ne sont pas découragées par le mouvement lorsque les compétences acquises sont mises au service des intérêts de celui-ci: c'est le cas notamment dans les domaines telles que la sociologie, le droit et la médecine, qui peuvent se révéler fort utiles pour défendre le mouvement et lui permettre d'exercer un certain lobbying.

Répercussions

Il en va apparemment autrement dans d'autres pays tels que les États-Unis, où les consignes sont suivies de façon plus rigoureuse. En effet, en 1993, des chercheurs ont publié le résultat d'un sondage mené dans ce pays auprès de 113 000 personnes appartenant aux principaux groupes religieux, et avec 4,7%, les Témoins de Jéhovah constituait le mouvement ayant le plus faible pourcentage de leurs membres diplômés du collège, arrivant ainsi en 30è position. La même enquête révéla que seulement 67,6% des Témoins de Jéhovah blancs étaient diplômés de l'école secondaire, contre 80,9% pour les non-témoins. Cela n'est pas sans incidence sur le niveau de vie: l'enquête a aussi indiqué que les Témoins étaient 24è sur 30 pour ce qui était du revenu, et 30è, donc dernier en ce qui concernait le statut social.[8] De même, une enquête menée aux États-Unis en 2010, qui corrobore les résultats d'une autre enquête dirigée trois ans auparavant, fit apparaître que seuls 18% des adeptes Témoins de Jéhovah gagnent au moins 75 000 dollars annuellement, ce qui constitue le deuxième pourcentage le plus bas de l'étude (contre 31% pour la moyenne nationale), et que seuls 8% d'entre eux sont diplômés du collège, ce qui est le plus faible taux de tous les groupes religieux examinés (contre 27% pour la moyenne nationale).[9] Ainsi, les règles de l'organisation à l'encontre de l'éducation ont produit l'un des plus grand groupes religieux sous-éduqués des États-Unis, avec un niveau d'éducation exceptionnellement faible, un taux d'abandon du lycée très élevé. Cela entraîne des perspectives de carrière médiocres, un faible statut social, et une piètre estime de soi.[10]

Voir aussi

Références

  1. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 décembre 1975, p. 764
  2. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 avril 2008, p. 4
  3. Arrowup.png "L'enfant face aux parents Témoins de Jéhovah", sur aggelia.be. Consulté le 18 mars 2011
  4. Arrowup.png "Les témoins de Jéhovah et les études supérieures" (italien), discours de Gerrit Losch, sous-titré en anglais, sur youtube.com. Consulté le 18 mars 2011
  5. Arrowup.png Bredar, Caton (anglais), "First U of L woman awarded Rhodes Scholarshi" 1er décembre 2009, sur wave3.com. Consulté le 18 mars 2011
  6. Arrowup.png Franz, Raymond (2003, 4è éd.) (français), Crise de Conscience, Commentary Press, original de 1983, format pdf, p. 51
  7. Arrowup.png "Copy of CO Letter/Outline Regarding Education - In Spanish", partie 1 et partie 2, sur jehovahs-witness.net. Consulté le 19 ami 2011
  8. Arrowup.png Kosmin, Barry A.; Lachman, Saymour P. (1994) (anglais), One Nation Under God: Religion in Contemporary American Society, Three Rivers Press, pp. 258,260,262 (ISBN 978-0517882184)
  9. Arrowup.png Vandecasteele, Mylène (17 mai 2010) (français), "La religion détermine le revenu", L'Express. Consulté le 19 mai 2011
  10. Arrowup.png Ralph (23 décembre 1996) (anglais), "The miseducation of Jehovah's Witnesses", sur freeminds.org. Consulté le 18 mars 2011