Rotondité de la terre : Différence entre versions

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
(je n'ai pas retrouvé l'intégralité de l'article)
 
M (Références)
Ligne 75: Ligne 75:
 
{{Reflist}}
 
{{Reflist}}
  
[[Catégorie:]]
+
[[Catégorie:Astronomie]]

Version du 1 novembre 2013 à 12:16

Le passage biblique d'<CiteBible>Isaïe 40:22</CiteBible> déclare, dans la Traduction du monde nouveau: "Il y a Quelqu'un qui habite au-dessus du cercle de la terre, dont les habitants sont comme des sauterelles, Celui qui étend les cieux comme une fine gaze, qui les déploie comme une tente pour y habiter." De ce fait, il est souvent cité par la Société Watch Tower pour prouver, à son point de vue, que la Bible est exacte quand elle aborde des questions scientifiques, mais cet argument peut légitimement rencontrer des critiques.

Déclarations jéhovistes

Outre le fait de souligner la supposée révélation d'une vérité scientifique dans ce passage, les publications de la Société Watch Tower ont également recours à d'autres traductions de Bible pour prouver le bien-fondé de la traduction du mot hhug par "sphère".

Publication Contenu
La Tour de Garde, 15 février 1978, p. 6, "Savez-vous vous servir de la Bible ?" "Un homme de science, ou quelqu'un qui s'intéresse à ce domaine, sera peut-être surpris d'apprendre que, environ 2 200 ans avant que les hommes en général aient reconnu la rotondité de la terre, le prophète hébreu Ésaïe écrivit: "Il y a quelqu'un [Dieu] qui habite au-dessus du cercle de la terre." (És. 40:22)."
Réveillez-vous !, 22 avril 1978, p. 17, "La Terre est-elle plate ou ronde ?" "Le mot hébreu rendu ici par "cercle" peut également se traduire par "sphère". (Concordance des Écritures hébraïques et chaldéennes (angl.) par B. Davidson.) À propos du mot "cercle" cité dans ce verset, la Scofield Reference Bible contient cette note marginale intéressante: "Référence remarquable à la sphéricité de la Terre." La traduction de Moffatt dit: "Il est assis au-dessus de la terre ronde", et la version catholique de Crampon (1905) s'exprime comme suit: "C'est lui qui trône sur le globe de la terre." Il était donc bien normal que la Parole inspirée du Créateur de la Terre indique que celle-ci est sphérique, alors que les anciens croyaient pour la plupart qu’elle était plate."
Réveillez-vous !, 22 décembre 1981, p. 25, "La conformité de la Bible avec la science" "Au VIIIe siècle avant notre ère, Ésaïe écrivait que Jéhovah "habite au-dessus du cercle de la terre". Le mot hébreu hhug, traduit par cercle, peut également signifier "sphère", comme le montrent la Concordance de Davidson et l'ouvrage Étude des mots de l'Ancien Testament de Wilson. C'est pourquoi, dans la Bible de Glaire, Ésaïe 40:22 se lit: "Celui qui demeure sur le globe de la terre."

Analyse

Depuis quand les hommes le savent

Dès lors, si le fait de connaître la rotondité de la Terre provenait de l’influence de l'esprit saint, alors on pourrait s'attendre à ce que cette connaissance soit inconnue par les personnes ayant vécu avant la rédaction du livre d’Isaïe. Pourtant, il n'en est rien. Le Réveillez-vous ! du 22 avril 1978, à la page 17, reconnaît que des savants de l'Antiquité avant compris cela :

"Quand les hommes ont-ils soupçonné que la Terre est ronde et non plate? Au temps de Christophe Colomb? Non, bien avant cela. Irving Robbin a écrit: "(...) Depuis des siècles, plus exactement depuis le VIe siècle avant notre ère, Pythagore, mathématicien grec, avait affirmé que la Terre est sphérique. Un manuel norvégien écrit en 1250 disait non seulement la même chose, mais il donnait aussi les raisons des variations climatiques de la Terre, de l'angle que fait le Soleil avec la Terre aux différentes époques de l'année et des vents dominants. Les anciennes connaissances n'étaient pas toutes perdues, simplement elles n'ont pas été en honneur pendant un temps." — Le livre merveilleux du pourquoi et du comment des explorations et des découvertes (angl.). Pythagore a vécu environ de 540 à 500 avant notre ère. Bien avant lui, au VIIIe siècle avant notre ère, le prophète hébreu Ésaïe laissa entendre que la Terre est sphérique."

Ainsi, les savants grecs, même aussi anciens que ceux du VIe siècle avant JC, croyaient que la Terre était une sphère. D’autres Grecs avaient aussi quelque chose à dire au sujet de la forme de la terre. Par exemple, Aristote, dans le IVe siècle avant J.-C., avait proposé trois types de preuves témoignant du fait que la Terre était un globe: (1) les navires qui quittent le port disparaissent à l'horizon, (2) quand on se déplace vers le sud, les étoiles qui ne sont pas visibles en Grèce apparaissent au-dessus de l'horizon sud, et (3) pendant une éclipse, l'ombre de la terre sur la lune est visiblement incurvé.[1]

Au IVe siècle avant JC, dans On the Size and Distances of the Sun and Moon, le grec Aristarque utilisa des arguments géométriques pour essayer d'établir ces valeurs. Bien que les valeurs fussent erronées en raison de limitations pour effectuer les évaluations nécessaires (la proposition 15 dérivait du rapport des diamètres du Soleil et de la Terre entre 19:3 et 43:6 ; Aristarque dérivait d'une distance au soleil de 18-20 fois la distance de la lune), les idées de base étaient saines.

Au IIIe siècle avant JC, le grec Ératosthène a réellement mesuré le diamètre de la Terre. Apprenant que le soleil brillait directement dans un puits à Syène (aujourd'hui Assouan) à midi lors du solstice d'été (le jour le plus long de l'année), il mesura l'angle entre les rayons du soleil et un fil à plomb qu'il descendit dans un puits à Alexandrie, quelque six cents miles au nord d'Assouan, précisément à midi. En utilisant la trigonométrie, il calcula que le diamètre de la Terre était d'environ 8 900 miles, ce qui est remarquablement proche de la valeur réelle qui est de 7 964 miles.

Aux environs de 150 avant JC, l'astronome grec Hipparque travailla sur la distance de la lune par des méthodes trigonométriques et constata qu'elle était équivalente à soixante fois le rayon terrestre. Ce dernier étant d'environ 3 964 miles, soixante fois plus correspond à 237 840 miles. Le chiffre réel est d'environ 238 900 miles, donc remarquablement proche de ces calculs.

Au IIe siècle, Ptolémée inventa une projection cartographique conique pour représenter la rotondité de la Terre. Les propositions 19-21 dans le livre V de l’Almageste contiennent un argument géométrique qui donne une distance de la Terre au soleil de 1 210 rayons terrestres (soit 4 800 000 miles). Bien que ce soit petit par un facteur de 20, il donne une parallaxe solaire de moins de trois minutes, en dessous de la limite de la précision d'observation à l'époque.

Au Ve siècle après JC, Anaxagore aurait enseigné correctement l'explication des phases lunaires, selon les écrits de Plutarque et d'autres écrivains de l'Antiquité.

Les Grecs connaissaient beaucoup de choses qui, apparemment, étaient inconnues d'autres peuples anciens, mais de récentes recherches montrent, chose remarquable, qu'ils ont obtenu une grande partie de leurs connaissances de peuples encore plus anciens. Un exemple intéressant en est la découverte signalée dans le New York Times du 8 janvier 1950, à savoir le fait que les Sumériens étaient familiers avec ce qui est devenu connu sous le nom du théorème de Pythagore:

"Bagdad, Irak. La découverte il y a deux mois du fait que les garçons des écoles du petit comté sumérien de Shadippur vers 2000 avant JC ont eu un "manuel" avec la solution du problèmes de triangles classiques d'Euclide dix-sept siècles avant Euclide a donné lieu à une convocation de la Direction irakienne des Antiquités aux archéologues des États-Unis."
"Il est prouvé que les "manuels" d'argile des écoliers de Shadippur contiennent un aperçu encyclopédique des connaissances scientifiques de leur temps, ce qui nécessitera une forte révision de l'histoire du développement de la science et, par conséquent, de l'histoire du développement de l'esprit humain..."
"Même maintenant, la célèbre tablette d'argile sur laquelle le problème géométrique de base a été présenté il y a environ 4 000 ans est si claire que cela amène un profane à revenir à l'époque où il était perplexe quant à son propre test de géométrie. Pas une ligne du dessin n'est estompée dans la terre cuite ni un mot du texte que seuls les spécialistes de l'écriture cunéiforme ne puissent comprendre. L'expert cunéiforme en chef (...) dit que la présentation de la célèbre solution du problème est teintée de notions algébriques qui sont apparues encore plus tard qu'Euclide dans le développement de la science mathématique occidentale."
"En plus de cette tablette, il y en a une autre, présentant un catalogue de problèmes mathématiques. Selon les experts qui étudient maintenant ce matériau, elle suggère que les mathématiques ont atteint un stade de développement vers 2000 avant JC que les archéologues et les historiens n'avaient jamais imaginé possible..."

Les découvertes récentes en matière d'écriture cunéiforme semblent indiquer que les Sumériens savaient que la Terre était sphérique. Toutes les personnes associées aux Sumériens ou aux civilisations qui en étaient issues auraient également eu connaissance de leur savoir. Cela s'applique évidemment aux Israélites, ainsi qu'aux Grecs. Le question du siècle de rédaction du livre d'Isaïe reste controversée parmi les érudits de la Bible dans la mesure où ils reconnaissent qu'il y eut trois écrivains successifs (un premier pour les chapitres 1 à 39, un second pour les chapitres 40 à 55, et un troisième pour les chapitres 56 à 66). Par conséquent, on ne peut pas utiliser la date présumée de rédaction du livre pour prouver quoi que ce soit.

Sens du verset

La vraie question ici est de savoir si le rédacteur du 40e chapitre du livre d'Isaïe a vraiment voulu dire que la terre était sphérique. !Cela dépend principalement de ce que le mot original hébreu traduit par "cercle" dans la Traduction du monde nouveau de la Bible signifiait. Les citations ci-dessus de Réveillez-vous! indiquent que le mot d'origine hhug pourrait signifier soit "circulaire" (un figure ronde et plate) ou "sphérique" (une figure ronde mais à trois dimensions). Si le mot d'origine pourrait signifier aussi bien un cercle plat qu'une sphère, alors c'est à la fois l'utilisation originale générale du terme que le contexte spécifique du verset biblique qui doivent être utilisés pour déterminer le sens réel. Bien sûr, dans le cas où le véritable sens ne peut être déterminé avec certitude, alors le verset ne peut être utilisé pour prouver que son auteur a révélé une vérité scientifique obtenue par la connaissance divine. En consultant plusieurs concordances hébraïques, il est possible de déterminer le sens premier du terme.

La Concordance de Strong donne plusieurs significations pour le mot hébreu "chuwg" (apparemment, la translittération de l'hébreu vers l'anglais varie), traduit par "cercle" en Isaïe 40:22. Voici les définitions applicables:[2]

  • 2329. chuwg; de 2328; un cercle: - cercle, circuit, compas.
  • 2328. chuwg; une racine prim. [comp. 2287], pour décrire un cercle: - boussole.
  • 2287. chagag; une racine prim. [comp. 2283, 2328]; prop. de se déplacer dans un cercle, c'est à dire, (volumique) de marcher lors d'une procession sacrée, d'observer un festival, par impl. d'être pris de vertige: - célébrer, danser, (garder, maintenir) une fête (solennelle) (jour férié) (...).

A Hebrew and English Lexicon of the Old Testament, un lexique en hébreu et en anglais de l'Ancien Testament donne des traductions similaires:[3]

  • chuwg; substantif; voûte, horizon, du ciel, de la mer et de la terre.
  • chuwg; verbe, dessiner des ronds, faire un cercle.

A Comprehensive Etymological Dictionary of the Hebrew Language, un dictionnaire étymologique de la langue hébraïque, donne les sens suivants:[4]

  • chuwg; substantif; cercle, circuit, ligne d'horizon.
  • chuwg; verbe, faire un cercle, se déplacer dans un cercle.

Il fut noter que dans les références ci-dessus que les mots anglais (et donc aussi en français) pour chuwg font tous référence à des figures plates. Or, un cercle est constitué d'une ligne circulaire définissant un intérieur et un extérieur. Les mots donnés ci-dessus ne sont pas synonymes de "rond", qui peut faire référence aux objets de deux ou de trois dimensions. Les mots correspondants font également référence à des choses qui ne sont intelligibles que dans le sens d'une figure plane, comme le fait de se déplacer dans un cercle. Il est vrai que selon deux autres concordances, le mot hébreu d'origine peut aussi signifier "sphère", mais le fait est que la majorité des concordances donnent comme sens "cercle", et ne font aucune référence à une "sphère", indiquant clairement que "cercle" est le sens fondamental, et que "sphère" est donc une traduction marginale. Tout au plus peut-on dire que la traduction par "sphère" ne peut pas être exclue.

Dans tous les cas, le mot "cercle" est probablement la meilleure traduction, sinon, pourquoi la plupart des traducteurs n'utilisent pas un autre mot? Un exemple est celui du comité de traduction de la Traduction du monde nouveau. Ce comité affirme dans la préface de la Traduction du monde nouveau: "Les traducteurs du présent ouvrage, qui sont des hommes attachés à l'Auteur des Saintes Écritures, se sont fait une obligation devant Lui de transmettre le plus exactement possible ses pensées et ses déclarations. Ils se sont également sentis tenus sur ce point vis-à-vis des lecteurs attentifs qui comptent sur une traduction de la Parole inspirée du Dieu Très-Haut pour leur salut éternel." Pourquoi cette Bible, dont les auteurs voient dans le passage d'Isaïe 40:22 l'indication d'une vérité scientifique, n'a-t-elle pas rendu le mot hébreu par "sphère" si c'était la traduction la plus correcte? De toute évidence, parce que le passage ne voulait pas dire autre chose que "cercle", et que traduire par "sphère" revient à forcer le texte pour le faire cadrer avec ce que l'on veut lui faire dire.

Autres textes bibliques

Qu'en est-il d'autres références à la forme de la Terre dans la Bible? Nulle part elle n'indique explicitement la forme de cette planète, mais renferme d'autres versets offrant quelques détails à ce sujet. En voici quelques-uns:

  • <CiteBible>Daniel 4:10-11</CiteBible>: "Or les visions de ma tête sur mon lit, je les regardais, et, voyez: un arbre au milieu de la terre, dont la hauteur était immense. L'arbre grandit et devint fort, et sa hauteur atteignit finalement les cieux, et il était visible jusqu'à l'extrémité de toute la terre."

Le mot "milieu" signifie "centre". Par conséquent, d'autres versions de la Bible disent "un arbre au milieu (ou centre) de la terre". Ce verset dit que l'arbre était visible à l'extrémité de la terre entière, et donc donne l'image d'une image d'une Terre plate, circulaire. L'arbre se trouvait en son centre et a son sommet dans les cieux de manière à être visible depuis tous les coins de la terre. Or, ce serait impossible sur une terre sphérique.

Daniel 4:10-11 décrit une vision donnée par Dieu au roi Nabuchodonosor, et la Société Watch Tower dit que c'est une prophétie majeure dans la Bible. Pourquoi Dieu aurait-il donner une prophétie d'une telle importance en donnant une image incorrecte de la forme de la Terre? Si Daniel avait une image mentale de la terre comme une sphère, et la vision représenté la terre comme une sphère, quelle partie de la terre pourrait être appelé le centre? Comment un arbre d'une quelconque hauteur pourrait être visible à ses extrémités? Si Daniel avait l'image mentale d'une Terre sphérique puisqu'il était sensé connaître le livre d'Isaïe, mais que la vision représente la Terre comme un cercle plat avec l'arbre en son centre, cela ne serait-il pas quelque peu confus pour les lecteurs? La conclusion logique est que l'image mentale de Daniel et la vision étaient cohérentes, et donc la Bible suggère que l'image de la forme de la terre que ses auteurs en avaient. Elle suggère une zone circulaire plate suffisamment grande pour contenir tous les royaumes connus de la Terre, avec le ciel comme une voûte hémisphérique, ce qui n'est pas sans rappeler l'imagerie de la mythologie grecque. Si toutefois on admet que ce passage utilise tout simplement un langage pittoresque puisqu'il s'agit avant tout de d'une vision symbolique, alors la même réflexion peut être faite pour Isaïe 40:22. D'ailleurs, une autre traduction de la Bible, The Interpreter's Bible, donne des explications similaires.[5]

Références

  1. Arrowup.png Godfrey, Laurie R. (1983) (anglais), Scientists Confront Creationism, New York : W.W. Norton & Company, p. 290
  2. Arrowup.png Strong, James (1984 éd.) (anglais), The New Strong's Exhaustive Concordance of the Bible, Thomas Nelson Publishers
  3. Arrowup.png Brown, Francis (1988) (anglais), A Hebrew and English Lexicon of the Old Testament of William Gesenius, Oxford: Clarendon Press, p. 295
  4. Arrowup.png Klein, Ernest (1987) (anglais), A Comprehensive Etymological Dictionary of the Hebrew Language, New York: MacMillan Publishing Company, p. 210
  5. Arrowup.png The Interpreter's Bible (1956) (anglais), vol. 5, New York: Abingdon Press, p. 410