Temps Présent - TSR - 2005 (transcript)

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Révision de 22 août 2012 à 23:12 par Liberty 84 (discussion | contribs) (Transcription)

(diff) ← Version précédente | view current revision (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Témoins silencieux est un reportage sur les Témoins de Jéhovah diffusé le 14 juillet 2005 dans le cadre de l'émission Temps présent, sur la chaîne suisse TSR.

Ressources DailyMotion

Transcription

Ils ont sans doute déjà sonné à votre porte, bien habillés, aimables, souriants. Ils tentent de capter votre attention avant de tenter de vous glisser un petit journal dans la main. Si nous avons tous été un jour ou l'autre confrontés aux témoins de Jéhovah, ce n'est pas par hasard. Ils sont plus de 5 millions dans le monde, et leur siège aux États-Unis est le centre d'une organisation riche et puissante. Mais l'envers du décor est parfois moins souriant. Ces dernières années, plusieurs affaires d'abus sexuels ont éclaboussé les témoins de Jéhovah. Ceux de Suisse ne sont pas en cause, mais en Suède un scandale a révélé que des enfants ont été abusés sexuellement pendant des années, sans avoir le droit de dénoncer leur calvaire. Même la police n'est pas parvenue à briser la loi du silence.

Grâce à des caméras cachées, et à la collaboration courageuse des victimes, les reporters suédois Janne Josefsson et Lars-Göran Svenssion sont parvenus à infiltrer les témoins de Jéhovah et à révéler au grand jour certaines de leurs pratiques...

Si vous faites ce reportage, ils vous traiteront de "suppôt de Satan", ils diront que vous êtes un menteur. Quoi que vous disiez, même si c'est la vérité, ils clameront que c'est Satan qui tente de discréditer le peuple de Dieu.

"Brooklyn, New York. Voici le siège mondial les témoins de Jéhovah qui compte 4 millions de membres. Un milliard de publications sont éditées ici chaque année. "

"Bienvenue au siège mondial des témoins de Jéhovah. C'est un endroit merveilleux, où vous pourrez voir les activités de la congrégation de Dieu."

Une réunion de témoins de Jéhovah, quelque part au sud de la Suède : il y a quelques années un membre de cette congrégation, un "Ancien" comme on les appelle, a commis un délit très grave. L'affaire a été étouffée pour ne pas nuire à la de la congrégation, et les membres ordinaires n'ont jamais su ce qui s'était passé.

Témoignage:

"La police n'a pas été informée. Personne n'a porté plainte. La congrégation a gardé le secret." "Quand les Anciens sont informés qu'un membre a commis un crime, ils ne portent pas plainte auprès des autorités." "Ce sont des "élus de Dieu". Ils ont leurs propres règles et se croient au-dessus de la société." "Ces gens continuent de prêcher et de faire du porte-à-porte, comme si les victimes ne comptaient pas." "Parfois quand j'assiste à une réunion, il est sur le podium et c'est lui qui fait le sermon. Ou bien la réunion commence par une prière,il croise mon regard dans l'assemblée et... lui et moi nous savons ce qui s'est passé."


Pendant plus de 10 ans, Anders a été abusé par un membre de sa congrégation. Mis au courant, les anciens n'ont jamais informé la police ni les services sociaux. Ce jeune homme n'a jamais été inquiété, et Anders n'a jamais reçu aucun soutien. Il a accepté de nous raconter ce qu'il a subi.

"Il sera exclu, ils vont le punir. Parce qu'il parle ouvertement des sévices subis, il présente les témoins de Jéhovah sous un mauvais jour, même si c'est la vérité. C'est cette façon, ils obligent d'autres membres à se taire. J'espère que je me trompe..."

Pour la plupart des gens, les témoins de Jéhovah sont des personnes bien élevées qui font du porte-à-porte en proposant leurs brochures. Ils refusent les transfusions sanguines, ils ne font pas de service militaire, ils ne fêtent ni Noël ni les anniversaires, et ils croient que la fin du monde (l'Harmaguédon) est proche, et que tous les êtres humains mourront, sauf les témoins de Jéhovah qui vivront éternellement au paradis terrestre. Mais derrière cette jolie façade se cachent des secrets moins reluisants.

Joanna:"La première fois, je devais avoir environ quatre ans. J'ai passé la nuit dans cette famille, et on m'a mise dans son lit. Je devais dormir avec lui, il en a profité pour me tripoter."

Jusqu'à l'âge de 10 ans, Joanna a subi des abus sexuels de ce jeune homme, membre des témoins de Jéhovah. Les parents de la petite fille, qui sont aussi membres de l'organisation, se plaignent aux Anciens. Mais ceux-ci ne bougent pas et les parents n'osent pas insister.

Joanna:"Ils n'ont pas déposé plainte, et la police n'a jamais rien su. L'homme qui a abusé de moi est un témoin de Jéhovah ordinaire. Je ne pense pas que beaucoup de gens savent qui il est vraiment. Je trouve que c'est terrible, parce qu'il est un danger pour d'autres enfants, un grand danger..."

Quand ils soupçonnent des cas d'abus sexuels, les Anciens mènent leurs propres enquêtes au sein des congrégations. Il faut un aveu du coupable, ou une déclaration de deux témoins oculaires, pour que des mesures soient prises à l'encontre du coupable. Dans le pire des cas, il risque l'exclusion, rien de plus. La police, les tribunaux, les services sociaux sont complètement tenus à l'écart. Nous sommes à Arboga, en Suède, au siège des témoins de Jéhovah. Bengt Hansson est à la tête des 23 000 membres suédois. Il exige que nous lui soumettions nos questions par écrit. Elles concernent les enquêtes menées par les Anciens sur les pédophiles présumés, et les contre-interrogatoire des victimes

Joanna:"Ils étaient censés enquêter sur mon cas et avaient besoin de tous les renseignements possibles. J'ai donc dû répondre à des questions précises sur tout ce que j'avais subi."

Journaliste:"Dans les moindres détails ?" Joanna:"Oui". Journaliste:"Comment avez-vous réagi ?" Joanna:"J'avais honte, parce que c'était très gênant. Ce n'est pas un sujet dont je peux parler avec n'importe qui, et surtout pas avec trois hommes que je connais à peine. Ils prétendent vous aider mais ça ne marche pas. Je sais bien que je peux lire la Bible et toutes leurs brochures, est bien entendu j'ai confiance en Dieu, sinon j'aurais quitté la congrégation. Il ne m'est pas venu à l'idée de prévenir la police. C'est toujours aux Anciens qu'on s'adresse, quand on a besoin d'aide et de conseils." Journaliste:"Ils vous ont dit de lire la Bible ?" Joanna:"Oui,c'est tout ce qu'ils m'ont dit".

(Voix Off)Roger Carlsson a passé 35 ans chez les témoins de Jéhovah, avant de les quitter. Il a accepté de nous aider dans notre enquête. nous voulons savoir si des cas semblables à ceux de ceux de Joanna et d'Anderss sont fréquents

Carlsson:"Depuis que nous avons commencé à faire des recherches par téléphone, en cinq à six semaines nous avons trouvé une quarantaine d'enfants victimes de sévices sexuels, rien qu'en Suède." Journaliste:"Chez les témoins de Jéhovah ?" Carlsson:"Oui, chez les témoins de Jéhovah. Il s'agit d'au moins dix pédophiles, et aucun d'entre eux n'a été dénoncé à la police. Tous ceux à qui j'en ai parlé disent la même chose : quand on est victime d'abus sexuels, non seulement on se sent blessé et bouleversé ; mais en plus quand la congrégation est au courant, elle fait tout pour étouffer l'affaire et en a pas le droit d'en parler aux autres. C'est pire que tout, on protège les coupables et ont néglige les victimes." Journaliste: "Vous avez consacré une grande partie de votre vie aux témoins de Jéhovah. Que ressentez-vous quand vous voyez la manière dont ils traitent ces enfants ? Comment peut-on en arriver là ?" Carlsson: "Oui, c'est abominable. Je ne trouve pas les mots". Journaliste: "Vous vous attendiez à ça ?" Carlsson: "Non pas à ce point-là. J'ai téléphoné à des personnes de la Congrégation, pour leur demander si elles connaissaient des cas, et cette affaire a pris une ampleur à laquelle je ne m'attendais pas."

[Retour au siège des témoins de Jehovah en Suède] Bengt Hansson a répondu par écrit à nos questions. Bien qu'il se trouve dans un bureau à cinq mètres de nous, il refuse de venir nous parler. Bengt Hansson confirme l'existence d'enquêtes internes au sein de la Congrégation. Les pédophiles sont dénoncés si c'est nécessaire. mais il refuse de nous dire si ça s'est déjà produit. Nous devons donc obtenir des informations inaccessibles aux membres ordinaires. Un ex-Ancien nous révèle le contenu d'une lettre strictement confidentielle.

Jimmy Thunlind, ex-ancien des Témoins de Jéhovah: "Dans cette lettre il est écrit que dele plus important, c'est que tout soit réglé de façon discrète pour ne pas nuire à la bonne réputation de la Congrégation. Si un membre fait l'objet d'une telle accusation, il faut qu'il y ait... deux ou trois témoins, sinon on ne traite pas l'affaire. Mais les personnes qui commettent de tels abus n'ont pas l'habitude d'emmener des témoins avec elles. Il est donc pratiquement impossible de faire quoi que ce soit. La lettre ne dit pas non plus qu'il faut contacter les services sociaux ou la police, ou même offrir une assistance psychologique aux enfants. Oui, j'ai été très bouleversé. Ce livre ne peut être consulté que par des Anciens, et il est totalement interdit d'en faire des copies."

(Voix Off)Dans ce livre des Anciens, il est écrit dans quels cas un témoin de Jéhovah de saisir un tribunal séculier. il s'agit de divorce, faillite, escroquerie à l'assurance, etc... mais pas un mot sur les actes de pédophilie et autres délits graves.

Thunlind: "C'est paradoxal. C'est une organisation qui s'ouvre sur le monde en faisant du porte-à-porte chez les gens pour prêcher sa foi, mais c'est aussi l'organisation la plus fermée que nous ayons aujourd'hui en Suède. C'est une organisation véritablement hors-la-loi, puisqu'elle s'estime audessus de la loi. Les lois de la Congrégation sont supérieures à celles de la société, c'est une situation dangereuse."

Karlsson: "Si vous êtes victimes d'un inceste, il vaut mieux souffrir que porter plainte contre le coupable."

Un ex-témoin de Jéhovah explique pourquoi les frères refusent de porter plainte : "Ce monde dominé par la violence est aux mains de Satan et doit disparaître. Il ne faut donc pas s'en préoccuper, puisqu'il n'existe que temporairement jusqu'à ce que Dieu - Jéhovah - viennent de détruire. Il faut donc collaborer le moins possible avec ce monde. Juger les autres, c'est très délicat. Les témoins de Jéhovah croient pouvoir détenir le pouvoir judiciaire, et ils agissent en conséquence. Tant que ce monde existe, Dieu autorise l'existence des tribunaux séculiers, mais pour eux c'est temporaire..."

Journaliste: "Ils sont donc au-dessus de la loi ?"

Ex-TJ: "En fait, oui. Ils obéissent à ce qu'ils appellent 'La loi des Oints' dont on parle fréquemment dans ce livre des Anciens. Cette loi est supérieure à toute autre. Elle contrôle tout, elle gouverne tout. Ca explique en partie leur attitude envers les tribunaux."

(Voix Off)Les documents montrent clairement que la réputation de la congrégation passe avant tout. Il vaut mieux souffrir en silence que porter plainte... On encourage le coupable et la victime à se réconcilier.

Les documents montrent clairement que la réputation de la congrégation passe avant tout. Il vaut mieux souffrir en silence que porter plainte... On encourage le coupable et la victime à se réconcilier.

Le reporter est finalement autorisé à s'entretenir avec Bengt Hansson, mais seulement par téléphone :

(reporter)"Je peux vous montrer des documents qui prouvent que vos réponses ne sont pas tout à fait justes. [...] J'ai en ma possession un livre des Anciens. [...] Vous prétendez qu'il est falsifié ? Je peux vous le montrer, comme ça vous pourrez voir s'il s'agit d'un faux. [...] Vous savez que plusieurs affaires graves ont eu lieu en Suède, des abus sexuels sur des enfants, et vous n'avez jamais déposé plainte. [...] Il a raccroché..."

Carlsson: "Les instructions de la congrégation visent à protéger la congrégation, pas l'enfant." Journaliste: "Il s'agit donc de ça ?" Carlsson: "Oui, ils veulent éviter la mauvaise publicité, si on apprenait que des choses pareilles se produisaient au sein de la congrégation." Journaliste: "Comment autant être cruel au point d'ignorer les droit des enfants et ne se préoccuper que de des besoins de la congrégation ?" Carlsson: "Il faudrait demander ça aux témoins de Jéhovah. Ça m'amuserait d'entendre leur réponse".

(Voix Off)Nous essayons une dernière fois de rencontrer le principal dirigeant des témoins de Jéhovah en Suède, Bengt Hansson. Il participe à une réunion à Arboga. La réunion vient de se terminer, mais il préfère rester à l'écart. Nous contactons donc par téléphone un autre membre important des témoins de Jéhovah. Il en fait partie depuis de nombreuses années.

Karl, Témoins de Jéhovah, ancien, par téléphone: ""Au sein des témoins de Jéhovah, on ne commet jamais de délits qui nécessite l'intervention de la police. Chacun s'en tient à des principes bibliques. Nous sommes pleins de compréhension et d'indulgence pour les uns les autres.

Journaliste: "Donc personne ne dépose jamais de plaintes ?" Karl: "non, à ce que je sache" Journaliste: Mais en cas de soupçons, ne vaudrait-il pas mieux contacter la police pour qu'elle puisse enquêter ? Karl: "non, non, ça n'arrive jamais, jamais !"

(Voix Off)L'agresseur de Johanna s'en est pris à d'autres enfants. Son frère Anders par exemple.

Anders:"Oui j'ai été abusé sexuellement, pendant de nombreuses années. J'en ai beaucoup souffert, et j'en souffre encore aujourd'hui. Je revois clairement les images de ma tête, j'y pense tous les jours. Il y a eu des rapports sexuels, j'étais obligé de le faire... on m'y a forcé."

Journaliste: "Comment vous a t-on forcé ?"

Anders: "Il était plus âgé que moi et j'avais peur de lui, il était très fort. Une fois il m'a dit 'si tu racontes à quelqu'un, je te tue'. C'était affreux à entendre, j'étais terrifié."

(Voix Off)Anders s'adresse aux Anciens, avant même d'en parler à ses parents. En guise d'aide, ils lui fournirent des articles de La tour de garde, rien d'autre ! Pas un mot pour lui conseiller d'aller à la police ou de contacter les services sociaux.

Anders: "Pour m'aider, on a donné quelques articles à lire, c'est tout. Je ne savais pas qu'on pouvait faire autre chose." Journaliste: "Que disait la Tout de garde ?" Anders: "Je ne sais plus exactement, mais il était surtout écrit qu'il fallait avoir confiance en Jéhovah, que le Jéhovah allait m'aider, et que tout allait s'arranger... Il fallait que je pardonne, que j'oublie, et que je laisse tout ça derrière moi."

(Voix Off)Les Anciens savent maintenant qu'Anders a subi des viols pendant une dizaine d'années. Mais la seule sanction prononcée contre le violeur, c'est un ordre d'aller s'excuser auprès d'Anders. Le coupable et la victime sont censés se réconcilier.

Anders: "Oui, je me souviens très bien. C'était dans un parking. il est venu vers moi et m'a dit 'Merci d'avoir parlé aux Anciens, je dois te présenter mes excuses'. Et puis on a plus jamais parlé.

Journaliste: "Les Anciens lui ont eulement conseillés de s'excuser ?"

Anders: "Oui. Je sais que les Anciens lui ont demandé d'exprimer ses remords."

(Voix Off)Nous rendons visite à l'un des Anciens impliqués dans cette affaire : Patrick Swenson. Il est patron d'une grande entreprise de nettoyage à Göteborg.

Swenson, ancien de la congrégation: "Si vous avez des questions sur la congrégation ou sur mon travail, il faut vous adresser à notre siège d'Arboga. Ils ont un service de presse, c'est que ce que je peux vous dire." Journaliste: Nous les avons déjà contactés, mais vous êtes personnellement responsables de vos actes. Vous faites partie du comité judiciaire." Swenson: "Je n'ai rien à vous dire." Journaliste: Il s'agit de sévices sexuels dont vous aviez connaissance. ça a duré 10 ans. Vous étiez au courant, et vous n'aviez pas prévenu la police. Swenson: "Je vous ai déjà répondu." Journaliste: "Quelle est votre responsabilité personnelle dans tout ça ?" Swenson: "Allez-vous-en ! Quittez mon entreprise !" Journaliste: "Vous laissez des pédophiles faire du porte-à-porte ?" Swenson: "Je ne veux pas répondre à vos questions. Quittez ces locaux immédiatement !" Journaliste: "Et votre responsabilité personnelle ?"

(Voix Off)Quelques jours plus tôt, Patrick Swenson a convoqué Anders à la salle du royaume, car il trouve qu'il n'est plus assez actif au sein de la congrégation. Anders explique qu'il est déprimé, parce qu'ils ont minimisé son histoire et étouffé l'affaire. Mais ils ne l'écoutent pas, ils lui disent que c'est triste et qu'il vaut mieux tout oublier.

Anders filme l'entretien à la salle du royaume avec une caméra cachée :

Anders : "Le psychologue m'a demandé si j'avais porté plainte, mais il n'a jamais été question de prévenir la police ou les services sociaux." Patric Swenson, Ancien de la congrégation : "Nous n'avons rien à te conseiller ni dans un sens ni dans l'autre. C'est à toi de choisir. Nous n'assumons aucune responsabilité quel que soit le choix qui est fait. Nous ne faisons pas de recommandations. Ce n'est pas de notre ressort, notre rôle est d'aider les gens à se rapprocher de Jéhovah." Anders : "Si les gens savaient ce qui s'est passé [...]. Le violeur continu de faire du porte-à-porte. Il peut entrer en contact avec des enfants. C'est terriblement dangereux." Patric Swenson, Ancien de la congrégation : "Dans certaines situations, il faut s'en remettre à Jéhovah et espérer que tout finira bien. Nous voulons que l'organisation fonctionne." Rolf Nilsson, Ancien de la congrégation : "Les règles et les principes dictés par Jéhovah sont les meilleures. Je suis sûr que Jéhovah ne nous fixerait pas de règles qui ne soient pas bonnes."

Suite de l'interview de Swenson à son entreprise:

Journaliste : "A votre avis, que ressent un jeune homme qui a été violé quand il était tout petit, quand il voit que vous permettez à son agresseur de continuer de faire des sermons, tandis que lui doit rester tranquillement assis à l'écouter ?"

Swenson : "Vous ne pouvez pas respecter ce que je dis ?" Journaliste : "Oui, si vous nous accordez une interview et si vous assumez vos actes." Swenson : "Je n'ai rien fait dont on pourrait m'accuser." Journaliste : "Prenez tout le temps qu'il vous faut pour décider." Swenson : "Merci beaucoup." Journaliste : "Nous pouvons revenir n'importe quand, quand ça vous arrange. Nous vous filmons pour que les téléspectateurs puissent vous voir, parce que vous n'allez jamais nous accorder une interview." Swenson : "N'en soyez pas si sûrs. Laissez-moi réfléchir".

(Voix Off) Quelques heures plus tard, nous recevons un message de Patric Swenson : il n'accepte pas de répondre à nos questions...

Journaliste: "Celui qui a abusé de vous est en train de prêcher. Qu'est-ce que ça vous fait ?"

Anders : "Parfois quand j'assiste à une réunion, c'est lui qui est sur le podium et qui fait un sermon, ou bien la réunion commence par une prière, et il croise mon regard dans l'assemblée. Nous savons tous les deux ce qui s'est passé. Ensuite il se met à prier, et moi je ressens une forte angoisse dans tout le corps, et je trouve cette situation complètement absurde.C'est un membre respecté de la congrégation. Il prêche et fait des sermons, et vous devez rester assis là à l'écouter. Il fait beaucoup pour les témoins de Jéhovah. Il prêche souvent à l'extérieur, et il a bonne réputation parmi les membres de la congrégation. Il est très apprécié, car il s'active beaucoup pour la congrégation. Personne ne sait ce qu'il a fait, ni pourquoi j'évite les réunions, ni pourquoi je me sens mal lorsque j'assiste aux réunions de l'assemblée. Tout le monde l'aime bien."

Carlsson : "Il s'agit de viols et d'abus sexuels sur des enfants. Ces actes tombent sous le coup de la loi ! En Suède c'est à la police et aux services sociaux de s'en occuper. C'est complètement absurde que les Anciens jouent aux enquêteurs judiciaires. Ils n'ont pas les compétences nécessaires. Ils n'ont pas non plus les compétences requises pour s'occuper des victimes qui ont besoin de soins spécifiques.

journaliste : "Maintenant vous êtes majeur, et vous avez tout raconté à vos parents. Pourquoi ne dénoncez-vous pas le coupable à la police ?"

Anders : "Parce que j'en ai parlé aux Anciens. En cas de problèmes quand on est témoin de Jéhovah, on s'adresse aux Anciens. Il n'est pas question d'aller ailleurs...

Journaliste : "Que pensez-vous de cette affaire ?"

Carlsson : "C'est vraiment terrible. Une dizaine d'enfants ont subi des sévices sexuels pendant de longues périodes. Les plus jeunes avaient quatre ans, et personne ne fait rien."

Karl, Témoin de Jéhovah, ancien par téléphone : "Personne n'est parfait. nous pouvons tous commettre des erreurs. Nous ne sommes pas parfaits !"

Journaliste : "Plusieurs jeunes filles membres de votre organisation ont déclaré que vous aviez abusé sexuellement d'elles."

Karl : "Qui vous a dit ça ?" Journaliste : "Un comité a enquêté sur ces allégations, non ?" Karl : "Qui vous a dit ça ????" Journaliste : "Plusieurs personnes à qui nous avons parlé. Vous êtes au courant, n'est-ce pas ?" Karl : "Oui, je ne suis pas parfait. Il arrive que des choses comme ça se passe !" Journaliste : "Mais vous connaissez votre propre cas ?" Karl : "Oui, on peut le dire."

Maria, victime supposée de Karl : "J'avais 13 ans, nous avions été invités dans cette famille. Et lui, il occupe une position très très élevée au sein des témoins de Jéhovah. Après le repas, sa femme et ma mère sont allés faire du porte-à-porte, et moi je me suis occupé de la vaisselle. Alors il est venu vers moi, il est arrivé par derrière. Il a commencé à me caresser le ventre, en me disant 'tu es bonne'. J'étais très choquée... Il a glissé sa main sous mon pull et dans mon soutien-gorge. Il ne touchait les seins, et me répétait sans arrêt que j'étais bonne. Je sais pas pendant combien de temps il est resté là, peut-être cinq minutes, mais ces minutes-là sont restées interminables."

Karl par téléphone : "Nous avons tiré les choses au clair au sein de la congrégation. Nous avons réparé le mal. Pourquoi aurions-nous dû prévenir la police ?" Journaliste : "Comment avez-vous pu réparer ça ?" Karl : "Et bien je me suis excusé !" Journaliste : "Les abus sexuels c'est un crime humain !" Karl : "Ce n'était pas sexuel du tout ! " Journaliste : "Maltraiter des enfants, c'est illégal !" Karl : "Les enfants ? De quoi je me mêle ! Je refuse de parler avec vous. Cette affaire est terminée depuis longtemps." Journaliste : "Alors l'organisation vous a protégé ?" Karl : "Protégé ? Pas du tout ! Nous en avons discuté et puis c'était bon..." Journaliste : "Vous avez le droit de toucher les seins des jeunes filles ?" Karl : "J'aimerais bien savoir qui vous a dit ça." Journaliste : "Vous ne l'avez pas fait ?" Karl : "Si. Je ne le nie pas."

(Voix Off)Quatre jeunes filles affirment avoir été agressées sexuellement par cet homme. Maria est l'une d'entre elles. Les dirigeants des témoins de Jéhovah, au courant depuis plusieurs années, encore une fois n'ont rien fait.

Maria : Ils ont intérêt à le protéger. Ils perdraient un de leurs hauts dirigeants s'il se confirme que les choses se sont passées comme je l'affirme. je me rappelle qu'il a dit 'de toute façon ce n'est qu'une enfant et les enfants exagèrent toujours. Elle ne s'est pas de quoi elle parle'.

Karl au téléphone : "C'est une affaire interne à la congrégation. Ce n'est pas représentatif des témoins de Jéhovah. C'est un cas isolé..."

(Voix Off) Il y a quelques années, un homme est reconnu coupable d'agressions sexuelles sur mineurs, dans une petite ville au sud de la Suède. Ces temps Anciens, et il a abusé de deux garçons de 13 ans. La congrégation en est informée, elle mène sa propre enquête en tenant la police à l'écart. Finalement l'affaire est étouffée, et la plupart des adeptes ne savent pas réellement ce qui s'est passé. Mais quelques années plus tard, un des garçons rompt le silence. Sa mère, qui n'est pas membre des témoins de Jéhovah, prévient la police.

Inger : "Il ne pouvait plus garder le silence. Il a complètement craqué. Je suis allée déposer plainte immédiatement. D'abord on m'a accusée de calomnies, puis on m'a menacée." Journaliste : "Comment est-ce qu'on vous a menacé ?" Inger : "On m'a accusée de calomnies. On m'a accusée de vouloir détruire la bonne réputation de cet homme et des témoins de Jéhovah. C'était très important pour lui, en fait c'était toute sa vie." Journaliste : "Les témoins de Jéhovah savaient ce qui s'était passé ?" Inger : "Oui, à l'époque je ne le savais pas, mais je l'ai compris plus tard parce qu'un autre garçon était aussi impliqué."

(Voix Off) L'autre garçon est aussi un témoin de Jéhovah. Il déclare à la police que la congrégation l'a appris, et qu'elle a minimisé l'affaire. L'homme a forcé les garçons à pratiquer des fellations et il a essayé de le sodomiser l'un des deux. En alternant les menaces et les cadeaux, il a réussi à pratiquer pendant longtemps ces abus. Il a été condamné mais pas emprisonné. La cour a tenu compte de son exclusion des témoins de Jéhovah. Une exclusion temporaire... L'homme a vite été réintégré !

Journaliste : "Sa femme a demandé le divorce ?" Inger : "Oui" Journaliste : "Et elle l'a obtenu ?" Inger : "Oui. Elle a été exclue de la congrégation, complètement exclue. Elle est partie habiter dans une autre ville." Journaliste : "C'est elle qui a été exclue ?" Inger : "Oui, on a le droit de divorcer que si son partenaire a été infidèle. Il n'existe pas d'autres motifs, selon eux il n'a pas été infidèle."

(Voix Off) Lars-Olof Stendahl est l'un des Anciens qui ont enquêté sur cette affaire est préféré tenir la police à l'écart.

Journaliste : "Bonjour, nous faisons un reportage sur les témoins de Jéhovah. J'aurais bien aimé parler avec vous, les Anciens. C'est au sujet des comités judiciaires. Je voudrais savoir comment ça se passe quand on réunit trois Anciens pour des crimes présumés. C'est de ça dont nous voudrions vous parler." Tj : "Le mieux est de vous adresser à notre siège d'Arboga." Journaliste : "Oui, mais nous avons obtenu ces documents qui prouvent que vous ne dénoncez pas ces crimes, ce livre des Anciens par exemple." TJ : "Je ne ferai aucune déclaration." Journaliste : "Nous avons parlé à un Ancien qui a participé à cette enquête, et il nous a expliqué comment les choses se passaient."

(Voix Off) Pour savoir ce qui se passe vraiment dans l'ombre et comment sont traité vraiment ces cas de pédophilie, nous avons rencontré un autre Ancien, Lars Nilsson :

Journaliste : "Comment pouvez-vous exiger qu'il y ait deux témoins lors d'abus sexuels sur des enfants ?" Nilsson : "Oui, j'avoue que c'est assez difficile. Je suis d'accord avec vous, c'est terrible, je sais." Journaliste : "Et c'est la règle que vous appliquez ?" Nilsson : "Oui" (à peine prononcé)

Lars, autre ancien des Témoins de Jéhovah : "Nous n'avons trouvé aucune preuve." Journaliste : "Ce n'est pas à vous d'enquêter, c'est à la police !" Lars : "Nous devons enquêter sur le côté spirituel." Journaliste : "Sur le côté spirituel ?" Lars : "Je n'ai rien caché du tout." Journaliste : "Mais si vous l'avez fait ! alors, qu'en est-il de votre conscience et de la vérité ?" Lars : "Ce qui s'est passé ne me donne pas mauvaise conscience je n'y pense pas."

Suite interview avec Nilsson

Journaliste : "Les garçons avaient 13 ans !" Nilsson : "Je suis d'accord avec vous." Journaliste : "Vous avez déjà lu ceci auparavant ? Ce document est authentique." Nilsson : "Non, non." Journaliste : "Comment pouvez-vous accepter de telles choses ?" Nilsson : "Pour être honnête, contrairement aux autres frères, j'aurais préféré qu'il soit arrêté." Journaliste : "Mais vous vous êtes ralliés aux autres ?" Nilsson : "Oui, je me suis rallié à la majorité pour ainsi dire. Vous pouvez me traiter de lâche, ou de ce que vous voulez, mais finalement il s'est fait pincer." Journaliste : "Mais vous saviez que cela concernait des enfants." Nilsson : "On ne sait pas si c'est vrai. On ne le sait toujours pas." Journaliste : "Mais c'est la police qui doit enquêter." Nilsson : "Oui, je comprends ce que vous voulez dire. Ce n'était pas vraiment de notre ressort." Journaliste : "Pourquoi jugez vous-même des affaires aussi graves ?" Nilsson : "Nous voulons essayer de préserver la pureté de la congrégation."

Interview avec Lars, ancien de la congrégation:

Journaliste : "D'après le rapport de police, vous saviez tout depuis cinq ans. Les témoins de Jéhovah étaient au courant. C'est écrit là, un de vos Anciens nous l'a confirmé. Il déclare qu'il avait été empêché par les autres qui les ont empêchés de contacter les autorités." Lars : "Et bien si c'est vrai, c'est triste."

Avec Nilsson

journaliste : "Commencez-vous à douter de la congrégation ?" Nilsson : "Je ne veux pas répondre à cette question." Journaliste : "N'êtes-vous pas tiraillé entre la congrégation et votre conscience ?" Nilsson : "Oui, je dois bien l'admettre. C'est clair que les choses ne sont pas ce qu'elle devraient être."

(Voix Off) Deux autres affaires prouvent que les témoins de Jéhovah protègent systématiquement les pédophiles. Quand elle était enfant la femme de Yohan a subi des sévices de la part de son propre père. la congrégation l'a appris, mais elle n'a rien fait. Plus tard ce même homme, qui faisait partie des Anciens, a abusé sexuellement d'une jeune handicapée mentale. L'école l'a dénoncé, et l'homme a tout avoué. Johann a alors insisté pour que son beau-père ne puisse jamais rester seul avec ses enfants. Il a contacté les services sociaux.

Yohan : "J'ai dit qu'il se trouvait parfois seul avec nos enfants, et je leur ai demandé d'évaluer le risque." Journaliste : "Comment ont réagi les témoins de Jéhovah ?" Yohan : "Dès qu'il l'ont su, ils ont convoqué un comité, et ils ont dit que je diffamais cette personne. Ils m'ont exclu des témoins de Jéhovah. J'ai déposé plainte le 7 novembre, que j'ai été exclu le 10. Il est absolument interdit de s'adresser aux autorités..."

Anna : "Les Anciens ont toujours le dernier mot. Ce sont eux qui détiennent la vérité. Ils savent ce qu'il faut faire, et vous devez leur obéir. C'est donc très difficile."

(Voix Off) Anna, ses frères et ses soeurs, ont tous grandi dans une famille de témoins de Jéhovah. Le beau-père abusait des enfants. C'est sa petite soeur, âgée de sept ans à l'époque, qui a été la plus durement éprouvée. L'assistante sociale de l'époque a conseillé à sa mère de prévenir la police.

Anna : "Les Anciens lui ont pratiquement interdit de le faire. L'affaire ne devait pas être ébruitée à l'extérieur. Tout cela devait rester au sein de la congrégation. C'était le silence total. Et lui, il prêche en chaire et fait des sermons sur le devoir conjugal, dans lesquels il dit que rien d'autre n'est acceptable. Quand on pense à ce qu'il a fait à trois petites filles, et voilà qu'ils joue les experts devant tout le monde. Ca me rend folle de rage."

Réunion dans une Salle du Royaume, un ancien au pupitre :

"Bienvenue aux participants à cette discussion. Nous allons parler les mauvaises fréquentations et des sentiments amoureux que l'on peut éprouver pour des camarades d'école où des collègues de travail. Où trouve t-on des informations sur ses tentations ?" "Je pense à la première épître au corinthien, verset 33."

(Voix Off)La pureté de la congrégation est vitale aux yeux des témoins de Jéhovah. On contrôle dans les moindres détails de la vie privée des adeptes, jusque dans leur chambre à coucher. Ce n'est pas une petite secte mais un mouvement mondial. Une organisation totalitaire et fermée, dirigé par un groupe de l'homme d'un certain âge. Les témoins de Jéhovah ont connu leur âge d'or avant leur Harmaguédon prévu en 1975. La prophétie ne s'est pas réalisée, mais malgré cela le nombre d'adeptes ne cesse d'augmenter. On en recrute énormément en Afrique, en Asie et en Russie. Le plus grand baptême collectif de tous les temps a eu lieu à Kiev il y a quelques années.

Bill Bowen, ex-ancien des Témoins de Jéhovah : "Quand je passe ici tous les jours ça me fait du mal.ça me rappelle mon ancienne vie, mais c'est plus fort que moi. Je ne peux pas m'empêcher de passer devant la salle du royaume. J'ai participé à sa construction et je ne peux pas résister".

(Voix Off) Cet homme est l'ennemi juré des témoins de Jéhovah. Bill Bowen vit dans le Kentucky, aux États-Unis. Il est menacé de mort, et ses yeux seront arrachés lors de l'Harmaguédon, le jugement dernier. Il a commencé à faire du porte-àporte depuis l'âge de cinq ans. Il y a deux ans, on lui a demandé de se taire dans une affaire d'abus sexuels contre un enfant. Alors il a quitté l'organisation.

Bowen : "D'un point de vue moral et éthique, je ne pouvais pas accepter qu'un enfant puisse subir ça. Pour moi, il était évident que cet enfant avait subi des sévices. On m'a demandé de laisser tomber, mais je n'ai pas pu. Je suis prêt à en parler avec vous, et avec n'importe qui d'autre." Journaliste : "Comment pouvez-vous être eux certains qu'il a aussi des cas dans d'autres pays ?"

Bowen : "Tout est dirigé depuis Brooklyn, à New York, par les membres du collège central, qui sont supposés être en contact direct avec Dieu. Tous ce qui se passe en Suède, en Allemagne, en France, dépend et les décisions prises par le collège central à New York."

Relation Publique des Témoins de Jéhovah : "Nous ne refusons pas les interviews, et nous répondrons volontiers à vos questions. Mais nous voulons les recevoir par écrit, pour pouvoir nous préparer."

(Voix Off) Nous donnons donc la liste de nos questions au service des relations publiques, qui promet de nous recontacter pour une interview.

Interview de Témoins de Jéhovah dans la rue:

Première passante : "Un monde nouveau arrive. Un nouveau royaume dirigé par Dieu. Nous allons être heureux." Deuxième passant : "C'est un style de vie, une vie pure et morale. Nous ne connaissons pas le jour et l'heure, mais nous vivons les derniers jours." "Les derniers jours ?" Deuxième passant : "Oui, quand on voit tout ce qui se passe..." Troisième passante : "C'est la vérité. C'est ce que dit la Bible, et je l'aime." "Comment savez-vous que c'est la vérité ?" Troisième passante : "C'est écrit dans la Bible. Si la Bible le dit, je le crois." (rires...)

(Voix Off) Une importante réunion des témoins de Jéhovah doit avoir lieu à Jersey City. L'un des 10 membres du collège central y assiste vraisemblablement. Mais on ne nous laisse pas entrer. On nous empêche aussi de parler avec les gens dans la rue :

Journaliste : "Que va-t-il se passer aujourd'hui ?" Passant TJ : "Je ne sais pas si je peux..." Journaliste : "Ce n'est pas permis ?" Un représentant : "Ne diffusez pas ces images. Je vous fais confiance."

(Voix Off) Protégé par des gardes du corps, un représentant sort du bâtiment pour nous photographier. Les témoins de Jéhovah se servent du père de Bill Bowen pour qu'il dénigre son fils et l'organisation qu'il a fondée, Les agneaux silencieux. Cette organisation vient en aide aux témoins de Jéhovah victimes d'abus sexuels. En deux ans, Bill Bowen a déjà rassemblé plus de 6000 cas suspects.

Bowen: "Pour les témoins de Jéhovah, si l'enfant ne peut pas fournir de témoins, et si le coupable nie tout, alors on refuse de croire l'enfant. Et c'est ce qui arrive dans 90 % des cas. L'affaire est étouffée, et ça a un effet dévastateur sur l'enfant. Quand la victime commence avoir de graves problèmes, vous savez ce que fait l'église ? Elle exclut l'enfant, et elle prétend que c'est lui le problème..."

Journaliste : "Vous iriez jusqu'à dire que les témoins de Jéhovah protègent les pédophiles ?"

Bowen : "J'irai même plus loin, c'est le paradis des pédophiles. Si j'étais pédophile, et que je ne voulais pas être inquiété, je me ferais témoin de Jéhovah ! Je pourrais m'attaquer à un enfant, et un autre, et un autre encore, et tout nier en bloc. On traiterait les enfants de menteurs, et je serais protégé par la congrégation. En 1999, deux jeunes filles ont traduit en justice leur père, qui les a violés dès l'âge de 4 ans jusqu'à 11 ans. L'homme a été reconnu coupable, et condamné à 56 ans de prison. Et bien, 27 témoins de Jéhovah se sont présentés au tribunal, comme témoins de moralité en sa faveur."

(Voix Off) Les révélations de Bill Bowen risquent de fortement ébranler le mouvement à travers le monde. Bien sûr, les témoins de Jéhovah contestent tout ce qu'il dit. Son Ancienne congrégation se réunit ce soir à Benton dans le Kentucky.

Journaliste : "Que pensez-vous de Bill Bowen ?" TJ : "Rien du tout." Journaliste : "Comment ça, rien du tout ?" TJ : "Pourquoi ? Dois-je dire quelque chose ?" Journaliste : "Il accuse des témoins de Jéhovah de protéger des pédophiles." TJ : "C'est lui qui le dit, ce sont des accusations sans fondement."

(Voix Off)L'organisation a mis au point un système de délation efficace, et le siège de Brooklyn est informé de tout ce qui se passe dans le monde. Selon Bill Bowen, 23 000 pédophiles ne figurent dans leur base de données.

Bowen : "J'ai été contacté par des personnes ayant accès à l'information interne. Les renseignements venaient de trois sources différentes, et toutes disaient la même chose. Deux d'entre-elles ont même donné un chiffre précis : 23 720 cas enregistrés dans la base de données du siège. Lorsque leur avons posé la question, ils ont admis avoir un fichier de pédophiles. Mais ils refusent de donner le moment exact, car ils disent que ce chiffre n'est pas important."

Journaliste : "Il y a des pédophiles suédois dans cette base de données ?" Bowen : "Absolument."

(Voix Off)Colombia Heights : c'est ici que vivent les 10 hommes qui règnent sur 6 millions de membres, et qui dialoguent avec Dieu. Aucun d'entre eux, ni personne d'autre d'ailleurs, n'accepte de répondre à nos questions. En lieu et place, nous recevons quatre cassettes enregistrées par le département des relations publiques.

Enregistrement de J.R Brown, porte-parole TJ: "Certains prétendent que notre politique ne permet pas de régler les problèmes d'abus sexuels contre les enfants. Mais c'est archifaux, nous avons une politique très dure envers les affaires d'abus sexuels sur les enfants."

Enregistrement de Philip Brumley, avocat-conseil des TJ : "Quand la société évoluera par rapport aux problèmes de pédophilie, ne modifieront notre politique. Mais celle dont nous disposons aujourd'hui suffi à protéger les témoins de Jéhovah."

J.R Brown : "Nous avons beaucoup de publications, surtout destinées aux Anciens, visant à les informer sur la manière de venir en aide aux victimes de ce genre de sévices."

Carlsson, ex-TJ : "J'ai lu ce que la Tour de garde a publié au sujet des abus sexuels sur des enfants au cours des 10 dernières années. Il y a des milliers d'articles sur le sujet, mais il n'y a pas une seule ligne qui dit qu'il faut contacter la police ou les services sociaux. Il n'y a pas la moindre suggestion dans ce sens."

Bowen : "Ils disent qu'ils ont une politique très stricte sur la protection des enfants" "C'est un mensonge total. Les témoins de Jéhovah appellent ça 'la guerre théocratique'. On cache la vérité à ceux qui n'y ont pas droit.

(Voix Off) "La guerre théocratique" : le mensonge l'emporte sur la vérité pour protéger Dieu et l'organisation. [Retour au hall d'accueil du siège mondial des témoins de Jéhovah] Ils refusent de commenter leurs propres textes qui contredisent leurs déclarations, et ils nous empêchent de parler aux membres ordinaires. Les membres qui commettent des délits ne sont pas dénoncés à la police. Il est clair qu'ils ne veulent pas nous parler. Ils ont évacué tout le hall d'entrée. Tout le monde est sorti. Il y a deux gardes devant la porte qui empêchent les gens d'entrer. L'organisation semble terrifiée par nos questions.

Relation publique TJ: ""Merci de votre patience. Nous pensons que vous avez reçu assez de documentations ."

Journaliste : "Non, j'ai une question à Mr Brown." Relation publique : "Nous comprenons." Journaliste : "Et ?" Relation Publique : "Mais il est impossible d'avoir une interview."

Bowen : "Si le coupable a des remords, on l'encourage à faire du porte-à-porte. On ne lui permet pas seulement de le faire avec certaines précautions, mais on l'encourage. Selon la loi, un pédophile ne doit même pas faire le ménage dans une école. Les témoins de Jéhovah, eux, ils les poussent à faire du porte-à-porte."

Joanna, victime : "Les pédophiles font du porte-à-porte. Ce devrait être le contraire : moi je devrais faire du porteà- porte et eux, ils devraient être déprimés. Malheureusement, ça ne se passe pas comme ça."

Journaliste : "Le fait d'avoir raconté votre histoire, ça aura des conséquences sur vous ?"

Anders : "Je crois que je ne serai plus membre des témoins de Jéhovah plus longtemps, je crois."

(Voix Off) Manquer de loyauté c'est pire que de commettre un grave délit. Ca entraîne l'exclusion. Pour un adepte, c'est une sentence de mort. Tous les liens avec les autres membres sont coupés à jamais. Jimmy, par exemple, n'a pas le droit de rendre visite à sa mère gravement malade. Il l'a fait quand même, et ses parents ont été dénoncés.

Thunlind, ex-TJ : "Comment peut-on empêcher une chose pareille ? Comment peut-on empêcher de rendre visite à sa mère malade ? C'est indéniablement du lavage de cerveau."

(Voix Off) Anders a reçu des visites et des appels téléphoniques lui intimant de se taire, et de ne pas se participer à ce reportage. Il résiste, mais ce n'est pas facile. Les Anciens l'on convoqué à un comité judiciaire. Ils veulent exclure, et ils ont trouvé un motif.

Anders filme l'entretien à la salle du royaume avec une caméra cachée : [Vidéo] Loi du silence sur les abus sexuels dans la secte des témoins de Jehovah en Suède Ingmar Bergman, Ancien de la congrégation : "Nous avons donc reçu deux témoignages indépendants. Des amis t'ont vu fumer. Je vais te dire quand. C'était le vendredi 7 mars, dans un restaurant de Goeteborg. C'est exact ?" Anders : "Je dois bien avouer que c'est vrai. C'est vraiment très bas de ma part, je le sais." Ingmar Bergman : "Jéhovah nous a promis un monde nouveau. Tout ce qui est mauvais sera détruit. Dans ce nouveau Monde, il est inimaginable de fumer."

Anders a fait amende honorable pour le tabac, mais il ne s'est pas laissé réduire au silence. Par conséquent, ils vont réussir à l'exclure. Dans le paradis des témoins de Jéhovah, il n'y a pas de place pour tout le monde.

Postcriptum d'Eric Burand, présentateur de Temps Présent sur TSR Il faut encore préciser que les témoins de Jéhovah de Suisse Romande nous ont fait savoir qu'ils estiment ce reportage calomnieux et mensonger ; et que si une telle affaire se produisait dans leur propre communauté, ils collaboreraient pleinement avec la police. De leur côté, les témoins de Jéhovah suédois ont cherché à obtenir la condamnation du reportage que vous venez de voir, mais les juges ont donné raison aux auteurs de cette enquête.