Les Témoins silencieux - Channel 9 - 2002 (transcript)

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Les Témoins silencieux était le thème d'un reportage abordant la question de la pédophilie au sein des Témoins de Jéhovah, diffusé sur Channel 9 en 2002. Voici la traduction de la transcription de cette émission, mise en ligne le 22 septembre 2002:

Les églises catholiques et anglicanes en Australie sont déjà submergées par le scandale des mauvais traitements sur enfant. Dimanche a réussi à pénétrer à l'intérieur des Témoins de Jéhovah et a constaté que la Watchtower a secrètement poursuivi une politique visant à entraver les enquêtes de police à propos des personnes qui maltraitent les enfants.

GRAHAM DAVIS, JOURNALISTE : au Centre de Tennis de Melbourne, l'expression les Dieux du sport semble vouloir signifier quelque chose de réel, car 10,000 voix louent le tout-puissant. Ces personnes sont juste une partie des 60,000 Australiens qui adhèrent au mouvement de la Watchtower Bible and Tract Society, mieux connue sous le nom de Témoins de Jéhovah.

PRÉDICATEUR : Nous devons être d'ardents proclamateurs du royaume de Dieu, reflétant la lumière comme les éclairages publics du monde.

JOURNALISTE : Ce sont des évangélisateurs qui viennent à nos portes, prêchant l'Armageddon et le paradis à venir pour les vrais adorateurs de Dieu.

PRÉDICATEUR : Recontactez chacune des personnes qui montre même l'intérêt le plus léger, même si nous leur avons laissé juste un tract.

JOURNALISTE : Comme nous allons le voir, les bergers, comme les chefs de l'église se dépeignent, ont créé un enfer sur la terre pour les personnes les plus vulnérables de leur troupeau et ils se sont mis hors-la-loi dans le sens classique, s'étant placés à l'extérieur des lois qui protègent les enfants des prédateurs sexuels. Quand vous vous êtes finalement aperçu que ce que vous témoigniez était en fait une politique d'étouffement des affaires de mauvais traitements sur enfant, qu'avez-vous pensé d'eux ?

Natalie WEBB, VICTIME DE MAUVAIS TRAITEMENTS SUR ENFANT : J'étais dévastée, déçue, fâchée.

JOURNALISTE : Aujourd'hui, les victimes comme Natalie Webb témoignent pour la première fois, accusant l'église de couvrir les crimes qu'ils ont subi. Elle a été abusée par son propre père, Victor, un membre apparemment respectable de la congrégation de la banlieue de Bentleigh à Melbourne.

Natalie WEBB : Mon premier souvenir est celui d'un bain avec mon père et il me touchait et d'autres chose comme cela, je m'en suis rendu compte quand j'avais environ quatre ans.

JOURNALISTE : Quatre ans ?

Natalie WEBB : Quatre, oui.

JOURNALISTE : Et combien de temps l'abus a-t-il continué ?

Natalie WEBB : Jusqu'à mes 17 ans.

JOURNALISTE : 17 ?

Natalie WEBB : Mmm mmm.

JOURNALISTE : Et vraisemblablement il a progressé dans l'abus...

Natalie WEBB : D'abord juste en me touchant puis après des relations, et la pénétration.

JOURNALISTE : Natalie a vécu avec son secret épouvantable jusqu'à son mariage - son père rayonnant comme n'importe quel autre le jour de ses noces. Alors, incapable de porter ce secret plus longtemps, elle a raconté son histoire à un ancien de l'église, Maurice Hadley. A-t-il suggéré de tout dire à la police?

Natalie WEBB : Pas du tout. L'opposé, en réalité. Maurice m'a dit que les autorités ne doivent pas être informées parce que ce serait un mauvais témoignage et qu'ils seraient capables de manipuler la situation.

JOURNALISTE : Donc Maurice Hadley vous a tout à fait spécifiquement déclaré de ne pas aller à la police ?

Natalie WEBB : Oui, oui et même, aucun psychiatre ou psychologue, parce que j'avais des difficultés.

JOURNALISTE : Pourquoi a-t-il interdit de voir des psychiatres ou des psychologues ?

Natalie WEBB : parce qu'ils appartiennent au temporel et ils sont probablement sataniques et pourraient remplir ma tête d'ordures.

JOURNALISTE : Incroyablement, l'histoire de Natalie est la norme, pas l'exception, pour des victimes de mauvais traitements à enfant chez les Témoins de Jéhovah. Simon Thomas avait 12 ans où il est devenu la proie d'un homme, Robert Souter, de la congrégation Corrimal sur la côte du sud. Même quand Souter a admis ses crimes aux anciens de l'église, on lui a permis de continuer d'être Témoin de Jéhovah. Il a aussi continué à violer d'autres enfants. Y avait-il une suggestion que quelqu'un aille à la police sur cette affaire ?

Simon THOMAS, VICTIME DE MAUVAIS TRAITEMENTS SUR ENFANT : Non, pas du tout. Mes parents ont parlé aux anciens locaux, ils ont parlé aux surveillants itinérants et on leur a dit qu'ils ne devaient pas aller à la police et que la meilleure chose à faire serait de tenir la congrégation propre, de ne rien dire, et de prier plus et de laisser faire Jéhovah.

JOURNALISTE : Comment pouvez-vous tenir la congrégation propre en dissimulant quelque chose de ce genre, quand on permet à la personne qui est malpropre de rester ?

Simon THOMAS : Bien, je ne sais pas. Je ne sais pas.

JOURNALISTE : Aujourd'hui, quelques réponses inquiétantes, prouvent que la Société Watchtower essaye de tromper la justice dans les affaires de mauvais traitements sur enfant en entravant les enquêtes de police.

Jim DONALD, EX-ANCIEN : Bien, c'est ma copie d'un livre des anciens et ça ce sont mes notes écrites à la main sous la dictée du surveillant de circonscription.

JOURNALISTE : Jim Donald est un ex-ancien de l'église, dénonçant maintenant ses frères avec tant de détails qu'il n'a jamais été consigné.

Jim DONALD : c'était une lettre à tous les collège d'anciens.

JOURNALISTE : Et il est écrit ici "les mauvais traitements à enfant confidentiels". Qu'est ce que cela veut dire ?

Jim DONALD : Il nous est écrit ici "si vous êtes interviewés par des assistants sociaux ou par la police ou d'autres autorités," ne révélez pas si une confession a été faite. "Entrez en contact avec la société immédiatement."

JOURNALISTE : Ainsi si une personne qui maltraite des enfants vous avait déclaré, "Oui, j'ai fait cela", auriez-vous été été le dire à la police ?

Jim DONALD : Non, pas du tout.

JOURNALISTE : pensez-vous que c'est une obstruction à la justice?

Jim DONALD : Évidemment. Évidemment.

JOURNALISTE : Jim Donald a répandu la parole de Jéhovah en tant qu'ancien de l'église de la ville Glen Innes. Maintenant il se limite lui-même aux nouvelles du monde, ayant abandonné l'église il y a quatre ans.

Jim DONALD : Nous devions résister à chaque approche tentée par les autorités et devions volontairement garder nos informations.

JOURNALISTE : Et vous saviez, vous, pourquoi vous ne deviez pas coopérer ?

Jim DONALD : Absolument. Vous voyez, chaque cas comme celui-ci est perçu comme une attaque contre l'organisation et le nom de Jéhovah et ainsi ce qu'ils appellent la guerre théocratique doit alors se mettre en place.

JOURNALISTE : La guerre théocratique ?

Jim DONALD : Oui.

JOURNALISTE : Qu'est ce que cela signifie ?

Jim DONALD : Cela signifie que nous sommes dans une situation de guerre.

JOURNALISTE : Avec la police ? Avec l'État ?

Jim DONALD : Avec l'État.

Andy FARRELL, ANCIEN MEMBRE : Ils ont une expression qu'ils utilisent, la guerre théocratique, cela veut essentiellement dire qu'il est acceptable de cacher ou couvrir certaines choses si c'est dans le sens de faire du bien à Dieu.

JOURNALISTE : Andy Farrell a quitté les Témoins de Jéhovah il y a cinq ans après avoir été associé à eux toute sa vie.

Andy FARRELL : Ils ne tenteront pas d'enfreindre la loi quand c'est une question noire sur blanche, comme dans une affaire d'homicide ou quelque chose comme cela, mais il y a certainement beaucoup de problèmes à une moindre échelle dans lesquels l'église essaye de traiter en interne ce qu'il appartient probablement à une cour de justice de statuer.

JOURNALISTE : Mauvais traitements à enfant ?

Andy FARRELL : Oui, exactement.

JOURNALISTE : Il y a écrit ici "des mandats de perquisition et des citations à comparaître". Maintenant, que vous disent-ils de faire ?

Jim DONALD : Ils peuvent essayer de faire une perquisition dans la Salle du Royaume. Nous sommes encouragés à être debout devant la porte et à ne pas leur ouvrir la porte.

JOURNALISTE : Officiellement, l'église nie toute connaissance du concept de la guerre théocratique, mais le compte-rendu de Jim Donald sur les instructions verbales de ne pas coopérer avec la police a été confirmé dimanche par un autre ex-ancien, quoiqu'il n'ait pas voulu être filmé. Il n'y a rien sur le papier ?

Jim DONALD : Non.

JOURNALISTE : Rien sur papier du tout ?

Jim DONALD : Non.

JOURNALISTE : Pensez-vous que c'est parce que leur service juridique aurait su qu'ils pourraient avoir un problème avec cela ?

Jim DONALD : Oh, je le pense.

JOURNALISTE : Parce qu'ils ont eu de grand problème avec cela, n'est-ce pas ?

Jim DONALD : Absolument, oui.

JOURNALISTE : Et l'homme qui a été une fois le propre avocat de la société est d'accord.

Révérend Warryn STUCKEY, ANCIEN AVOCAT DE LA SOCIÉTÉ WATCHTOWER : Je pense qu'il peut y avoir comme effet de pervertir une décision de justice.

JOURNALISTE : Il pourrait ?

Curé Waeeyn STUCKEY : Il pourrait y avoir cet effet pratique.

DANS L'ÉGLISE du Révérend Warryn STUCKEY : Commençons notre service en chantant ensemble notre premier hymne numéro 673 - ' Il y a un Rédempteur '.

JOURNALISTE : Warryn Stuckey a quitté les Témoins de Jéhovah et la justice pour devenir un prêtre anglican. Cela a été un court voyage, car son église est à un jet de pierre du quartier général de Sydney de la Watchtower. Mais en termes personnels et théologiques, cela a été une défection importante, en tant qu'ex ancien et directeur de la société Watchtower, il est un témoin puissant contre ses anciens associés.

Curé Warryn STUCKEY : Je peux imaginer que si c'était une autre sorte de crime, comme le meurtre ou quelque chose dans ce genre, il y aurait une pleine coopération et pourquoi dans ce cas il n'y en a pas laisse penser qu'il y a quelque chose qu'ils tentent de protéger.

JOURNALISTE : Protection de la réputation de l'église ou même protection de personnes qui maltraitent les enfants peut-être ?

Curé Warryn STUCKEY : Ou des personnes particulières qui maltraitent les enfants.

JOURNALISTE : les Témoins de Jéhovah, en fait, protègent par habitude les pédophiles de la loi - comme dans le cas de Robert Souter, lui permettant de commettre son crime à maintes reprises. Cela a été appelé un ' un paradis pour pédophile '. Seriez-vous d'accord avec cela ?

Jim DONALD : Ouais, j'ai entendu dire que, oui.

JOURNALISTE : Seriez-vous d'accord avec cela ?

Jim DONALD : Oui.

JOURNALISTE : Vous ?

Jim DONALD : Oui.

JOURNALISTE : Paradis pour pédophile ?

Andy FARRELL : Oui.

JOURNALISTE : Vous seriez d'accord avec cela ?

Andy FARRELL : Je pense que c'est vrai.

JOURNALISTE : Donc c'était le collège de la Salle du Royaume dans votre cas ?

Simon THOMAS : Oui.

JOURNALISTE : Et dans la trahison la plus grande d'entre toutes, en faisant souffrir les petits enfants, l'église a infligé une souffrance indicible qui s'attarde à l'âge adulte.

Simon THOMAS : Je me rappelle que la première fois qu'il m'a en réalité touché et m'a fait quelque chose - cela a été un moment de changement de vie. C'était épouvantable. Je savais juste qu'il ne serait jamais le même après cela.

JOURNALISTE : Pendant des années, Simon Thomas a confidentiellement nourri le mal d'une enfance ruinée à la Salle du Royaume. Maintenant il regrette que son histoire n'ait pas éclairé la manière dont l'église a protégé son abuseur, Robert Souter.

Simon THOMAS : On suppose que c'est un endroit vraiment agréable, sûre, mais cela ne l'était pas pour moi ou beaucoup d'autres gosses.

JOURNALISTE : Vous savez maintenant, qu'après que Souter ait abusé de vous, il en a abusé plusieurs autres ?

Simon THOMAS : Oui.

JOURNALISTE : Combien?

Simon THOMAS : J'en connais 10 personnellement, mais la police avec qui j'ai parlé m'a déclaré qu'il y en avait autour de 40.

JOURNALISTE : 40 autres ?

Simon Thomas : Qu'ils connaissent.

JOURNALISTE : Après vous ?

Simon Thomas : Après moi.

JOURNALISTE : Si l'église avait écouté les réclamations que vous faisiez, combien de ces gosses pourraient avoir été sauvés ?

Simon Thomas : Eh Bien, tous, je pensent.

JOURNALISTE : Tous - 40 gosses ?

Simon Thomas : Je pense que tous auraient pu être sauvés.

JOURNALISTE : Ingleburn, sud-ouest Sydney, Bethel du Mirador ou Maison de Dieu, son quartier général d'Australien s'étendant. Plus de 300 personnes vivent et le travail sur ce site, qui inclue un bras de publication imprimant le matériel de Mirador en 70 langues. Dans le service juridique ici, chaque cas de mauvais traitements à enfant sus (connus) à l'église est soigneusement classé loin, mais il n'est pas annoncé aux autorités. L'église considère de tels cas(affaires) comme confidentiels. Ainsi, juste combien de personnes qui maltraitent les enfants sont là sur les fichiers dans là ? Bien, l'église nous dit d'une manière significative, il n'est aucunement de notre affaire. Mais à tout moment dans cette enquête nous avons rencontré par hasard des victimes ne voulant pas nous prononcer, pas à cause de leur abuseurs, mais à cause de l'église - craintif de perdre leurs amis, même leurs familles. L'église l'appelle "le Tenant de la congrégation propre". Pas de pédophiles, mais de rien (tout) que dégâts la réputation du Mirador. Comment pensez-vous que vous allez être traités par l'église dorénavant ?

Simon Thomas : je ne sais (connais) pas. Il doit encore être vu. Mais je préférerais dire quelque chose que juste être calme et attendre plus longtemps.

JOURNALISTE : Étonnamment, Simon se compte toujours un témoin, tandis que Natalie Webb a laissé (quitté) l'église derrière, incapable de venir aux accords de l'oeil aveugle il s'est tourné à la dépravation de son père.

Natalie WEBB : Parce que mon papa a voulu que j'aie eu le sexe avec des animaux et aie eu des liaisons de lesbienne et comme toutes ces choses. JOURNALISTE : Et vous le leur avez dit ?

Natalie WEBB : Oh ouais, ouais, ils savaient(connaissaient) et ils ont dit "Nous ne devons pas savoir que des détails prennent une décision. Nous sommes guidés par Dieu".

PRÉDICATEUR(PASTEUR) : Jéhovah, notre Dieu d'amour, nous venons avant votre trône élevé et demandons que l'on puisse entendre nous vous.

JOURNALISTE : Mais avant que nous examinons ces cas(affaires) en détail, quelque compréhension est nécessaire de ce que des jeux les Témoins de Jéhovah à part, que fait leur doute de critiques ils seront jamais faits honte dans la réforme par la sorte des allégations qui ont forcé des changements des églises dans la ligne du courant dominant, comme les anglicans et des Catholiques Romains. Y a-t-il une chance du tout que cette organisation peut reformer lui-même ?

Curé WARRYN STUCKEY : No

JOURNALISTE : Aucun ?

Curé WARRYN STUCKEY : Aucun.

JOURNALISTE : Ainsi s'il va y avoir une réforme de leur traitement de mauvais traitements à enfant, il se trouve devant le besoin leur d'être imposé ?

Curé WARRYN STUCKEY : Oui.

JOURNALISTE : aux Témoins de Jéhovah, il y a seulement une vraie religion - le leur. Dieu de Jéhovah, seul Dieu, son mot dans la Bible à être prise littéralement. L'acte de baptême par l'immersion totale symbolise la reddition totale à Jéhovah et sa seule autorité légitime sur la terre, la Société de Mirador. Les témoins vivent dans ce qu'ils appellent "la vérité", le reste de nous dans "le monde", un monde l'église le ferait diriger par le Satan.

PRÉDICATEUR(PASTEUR) : si vous décidez que vous voulez faire quelque chose de votre propre chose, eh bien, vous pouvez. Mais être prudent, parce que ce monde est trompé. Il est trompé par le Diable.

JOURNALISTE : Et les tentations du Satan abondent, même à travers une pièce entassée. On ne permet pas aux Témoins de Jéhovah de se marier à l'extérieur de l'église, une source de beaucoup de peine de coeur en soi. Comment les circonstances qu'a-t-on menées au depart ?

Jim Donald : j'ai suivi(ai servi) le mariage d'un fils.

JOURNALISTE : Votre propre fils ?

Jim Donald : Mon propre fils, ouais.

JOURNALISTE : Qu'est-ce qui a été faux avec cela ?

Jim Donald : Bien, il épousait une jeune jeune fille qui était un anglican. Maintenant, toutes les autres églises sont considérées comme les enfants du Diable. Donc ils ont dit - et je cite de l'homme qui était le coordonnateur de branche à ce temps - "Vous ne donnez pas vos enfants aux Philistins."

JOURNALISTE : Mais les critiques hostiles continuent. Les témoins de Jéhovah ne peuvent pas voter, ne peuvent pas joindre(rejoindre) les militaires, ne permettent pas pour de célébrer le Noël, même leurs propres anniversaires.

ANDY FARRELL : des Anniversaires parce qu'ils le voient comme l'approvisionnement de trop d'attention à une personne simple. Avec le Noël, je pense que chacun comprend que beaucoup du symbolisme associé au Noël n'est pas évidemment le Chrétien, il est venu d'autres pratiques dans le monde entier et ils l'emploient comme la partie de leur justification.

JOURNALISTE : Et le plus controversé de tous, les Témoins de Jéhovah ne peuvent pas avoir des transfusions de sang, un précepte basé sur un passage biblique obscur qui a coûté beaucoup de milliers de vies dans le monde entier.

Curé WARRYN STUCKEY : j'avais 18 ANS à l'époque mon frère avait 20 ANS. Il s'a tué dans la pièce suivante. Um, il s'a tué dans la tête. Nous nous sommes précipités là, il saignait de chaque - vous savez(connaissez), de ses oreilles, son nez, tout. Ma première pensée, j'ai dit à mes parents "Quoi que vous faites, ne les faites pas lui donner une transfusion de sang".

JOURNALISTE : Donc vous aviez été faits un lavage de cerveau ?

Curé WARRYN STUCKEY : j'avais été fait un lavage de cerveau. C'est ce que j'ai pensé, il ne doit pas avoir une transfusion de sang. Voici mon frère mourant devant moi et c'était ma première pensée.

JOURNALISTE : Votre priorité.

Curé WARRYN STUCKEY : Ma priorité.

JOURNALISTE : Comment en pensez-vous ?

Curé WARRYN STUCKEY : Oh, étant au bord de larmes maintenant comme j'y pense. C'était juste si dur, ainsi ... ouais, qui est que la religion fait.

JOURNALISTE : Mal substance.

Curé WARRYN STUCKEY : Mal substance. Mal substance.

Simon Thomas : Quelque chose de cela en réalité ici à l'intérieur du hall ...

JOURNALISTE : Et ensuite il y a les mauvais traitements à enfant, tous les éléments d'exploitation, la trahison et le présent(cadeau) d'opération de camouflage dans la saga de ce qu'est arrivée à Simon Thomas. Il vous a en réalité molestés à l'intérieur de l'église lui-même ?

Simon Thomas : À l'intérieur du Hall de Royaume, ouais, yep.

JOURNALISTE : Étonnant.

Simon Thomas : Il est, le regardant derrière soi était étonnant.

JOURNALISTE : Et également étonnant, l'histoire de Natalie Webb. L'abus de Son père composé par l'indifférence dure de leaders d'église quand il a été apporté à leur attention. Vous avez dû avoir été dévastés ?

Natalie WEBB : Bien, j'ai essayé de prendre ma propre vie quelques semaines plus tard parce que je ne pouvais pas y faire face, mm.

JOURNALISTE : Donc vous avez essayé de vous suicider ?

Natalie WEBB : Mm.

JOURNALISTE : Suite à cela, avez-vous obtenu une aide du tout d'eux ?

Natalie WEBB : j'ai obtenu une session de conseil d'eux disant que c'était en raison de moi le non pardonnant de mon père, c'est pourquoi je ne me chargeais pas.

Simon Thomas : Bien, on m'a dit que pour supporter avant que la fin ne soit a ... doit être fidèle. Il démontre votre foi. Et on m'a aussi dit de le laisser(le quitter) à Jéhovah parce que Jéhovah le mettra au point, mais pourquoi nous ne pouvons pas exposer ces choses qui arrivent et le laissent(quittent) ensuite à Jéhovah ?

JOURNALISTE : Dans partie deux, les détails choquants de cette couverture-ups. Ouais, j'ai juste voulu vous parler du cas d'abus sexuel impliquant Natalie Webb. Et nous affrontons les aînés, qui du nom de Jéhovah et avec le support de l'église, a tenu les autorités à la baie. Vous rappelez-vous le récit d'elle qu'elle ne doit pas aller à la police ?

Maurice HADLEY, ÉGLISE AÎNÉE : Pas du tout.

JOURNALISTE : Elle dit que vous avez fait ?

Maurice HADLEY : Bien, c'est son mot contre le mien, n'est-ce pas ?

JOURNALISTE : Comme beaucoup de victimes de mauvais traitements à enfant, Natalie Webb a tenu son secret dans l'âge adulte, mais à l'âge 26, elle ne pourrait se charger plus. C'était son mari qui a finalement apporté des questions à une tête.

Natalie WEBB : Il a donné un coup de téléphone(enregistré) à mon père et a dit, "Nous ne pouvons pas vivre avec cela désormais. Il doit sortir dans l'ouvert." Je vous donnerai par semaine pour aller chez les aînés. "

JOURNALISTE : Mais Victor Webb n'était pas sur le point d'avouer, donc il a été exposé. BIEN, donc votre mari va chez les aînés. Qu'aîné est-il allé voir ?

Natalie WEBB : Maurice Hadley.

Maurice HADLEY : Maurice Hadley, oui, je suis Maurice Hadley.

JOURNALISTE : Hé - Graham Davis du programme de dimanche. J'ai juste voulu vous parlent du cas d'abus sexuel impliquant Natalie Webb.

Maurice HADLEY : Oh, droit.

JOURNALISTE : Vous connaissez son père ?

Maurice HADLEY : Bien, en effet je fais.

JOURNALISTE : Vous avez eu l'habitude de jouer au tennis avec lui, n'est-ce pas ?

Maurice HADLEY : (des Rires) Où avez-vous obtenu toute cette information ?

JOURNALISTE : Bien, nous avons nos sources. Avez-vous toujours un contact avec Vic ?

Maurice HADLEY : Oh, de temps en temps.

JOURNALISTE : que Maurice Hadley lui a-t-il dit ?

Natalie WEBB : Um bien, il a été très choqué et ne pouvait pas le croire.

JOURNALISTE : parce que votre père avait été si dévot ?

Natalie WEBB : Et ils étaient tout à fait amicaux.

JOURNALISTE : À quoi pensez-vous qu'il a fait à sa fille ?

Maurice HADLEY : Oh, je pense que c'est déplorable. Absolument répugnant.

JOURNALISTE : Pourquoi avaient ...

Maurice HADLEY : Et je n'ai jamais jamais pardonné le comportement de cet homme.

JOURNALISTE : Comme le senior(aîné) aîné au Hall de Royaume local, Maurice Hadley a formé un comité juridique, la voie que l'église traite avec toutes les infractions de son code de conduite, de fumer une cigarette, par aux crimes sérieux.

Natalie WEBB : Il y avait trois aînés, y compris lui, dans ce comité. Et ils apparemment - ainsi Maurice m'ont dit - a parlé à Bethel à Sydney et a décidé parmi eux que personne ne doit en savoir(connaître), cela doit être une réprimande privée.

JOURNALISTE : Ainsi, pour le sexuellement abus de sa fille de l'âge de quatre, un crime il a aisément admis, tout Victor Webb est arrivé était une réprimande derrière des portes fermées. Une réprimande privée ?

Natalie WEBB : un privé, yep ainsi et ensuite il serait mis un cours d'études de Bible, parce que c'est ce qui a été faux avec lui - spirituellement il était malade, donc on lui a dit.

JOURNALISTE : du Moins, Natalie Webb avait voulu son père disfellowshipped - expulsé de la congrégation - la sanction suprême contre les Témoins de Jéhovah. Il n'est pas arrivé. Pourquoi n'a pas fait les aînés de l'église disfellowship lui pour ce qu'il a fait ?

Maurice HADLEY : Pourquoi n'a pas fait ils ?

JOURNALISTE : Yep. Pourquoi n'a pas fait VOUS ?

Maurice HADLEY : Bien, je ne suis pas le responsable.

JOURNALISTE : Vous étiez.

Maurice HADLEY : Non, non, j'étais seulement un d'entre eux - j'étais un comité - la partie du comité à l'époque.

JOURNALISTE : pouvez-vous me dire pourquoi il n'était pas disfellowshipped ?

Maurice HADLEY : Bien, non maintenant je ne peux pas.

Natalie WEBB : j'avais cru toute ma vie que quand vous faites quelque chose mal, vous obtenez disfellowshipped et je suppose que je suis allé un peu fol et je ne pouvais pas juste le mettre au point.

JOURNALISTE : une délibération secrète, une réprimande privée, aucun recours du tout aux autorités appropriées. Êtes-vous allés à la police ?

Maurice HADLEY : .. qui est un raisonnable - non, je n'ai pas fait.

JOURNALISTE : Pourquoi non ?

Maurice HADLEY : Bien, il était quelque chose pour la famille pour décider et faire.

Natalie WEBB : Maurice m'a dit que les autorités ne doivent pas être notifiées parce que ce serait un mauvais témoin et qu'ils seraient capables de manipuler la situation.

JOURNALISTE : Donc Maurice Hadley vous a dit tout à fait spécifiquement ...

Natalie WEBB : Mmm-hmm, oui.

JOURNALISTE : .. pour ne pas aller à la police ?

Natalie WEBB : Oui.

Maurice HADLEY : Ouais et je dis que ce n'est pas vrai.

JOURNALISTE : Vous jurez par cela ?

Maurice HADLEY : je jure par cela catégoriquement.

JOURNALISTE : Vous ne le lui avez jamais dit ?

Maurice HADLEY : Jamais dit cela à elle.

JOURNALISTE : Encore voici quelque chose qui prête le poids à la revendication de Natalie - une lettre de sa mère à Maurice Hadley et les autres aînés en 1997 -

"Votre incapacité et répugnance de traiter avec la police montrent que nous attendrions pour toujours ."

JOURNALISTE : À ce jour, la famille avait eu assez et était partie à la police eux-mêmes.

Natalie WEBB : parce que je n'avais jamais eu de transactions avec la police, j'étais très appréhensif, mais ils étaient juste le lot le plus compatissant, merveilleux des gens et j'ai été si étonné. J'ai obtenu plus de souci et le souci(entreprise) d'eux que j'ai fait d'un peu aîné. Souci véritable.

JOURNALISTE : Victor Webb a plaidé coupable dans le Tribunal civil Victorian à huit comptes d'assaut indécent et sept comptes d'inceste. Il a été envoyé à la prison pendant 10 ans, mais les aînés d'église ont soutenu le criminel, pas sa victime.

Natalie WEBB : Ils ont envoyé à trois représentants de la congrégation pour être avec le Papa, yep et ...

JOURNALISTE : Pendant le procès(essai) ?

Natalie WEBB : Pendant le procès(essai) et personne n'a été envoyé pour moi et en fait, ils nous ont ignorés quand nous avons marché dans la cour, ils ne nous parleraient pas même. Je suppose qu'ils ont pensé que j'étais Satanique ou étant à la tête en bas cette voie, ouais.

JOURNALISTE : Mais le scélérat réel est toujours soutenu aux arrêts. Vous l'allez voir dans la prison ?

Maurice HADLEY : je le visite périodiquement.

JOURNALISTE : Donc vous l'allez voir dans la prison ?

Maurice HADLEY : de deux fois par an.

JOURNALISTE : Et pourquoi le faites-vous ?

Maurice HADLEY : Pourquoi le fais-je ?

JOURNALISTE : Mm.

Maurice HADLEY : Bien, vous vous ne croyez pas que les gens peuvent changer ?

JOURNALISTE : Même maintenant, Victor Webb n'a pas été disfellowshipped, quoique la réprimande privée soit devenue une réprimande publique quand la police est devenue impliquée.

Maurice HADLEY : Oui, avant tous les spectateurs, on a conseillé(informé) à d'autres membres de la congrégation de sa situation pour que les parents, s'ils ont choisi à puissent prendre des pas de précaution pour éviter les situations qui pourraient compromettre leurs enfants.

JOURNALISTE : Et c'était cela. Comment pensez-vous de l'église maintenant ?

Natalie WEBB : Mm, um... Je suis toujours très déçu. Le plus j'entends, je suis juste si attristé que c'est si endémique et partout. C'est très saddening.

JOURNALISTE : Et il y a d'autre couverture-ups dans l'église qui a eu des conséquences même plus sérieuses, permettant paedophiles pour offenser à maintes reprises. Ce qui est arrivé à Simon Thomas est, par n'importe quelle mesure, un acte d'accusation choquant des Témoins de Jéhovah et leur indifférence obstinée de la loi laïque(séculaire). Maintenant c'est où il vous a apporté ou vous a suivis tout à fait un peu, n'est-ce pas ?

Simon Thomas : Yep.

JOURNALISTE : Nous sommes en arrière à la place où, vieilli juste 12, Simon a d'abord rencontré son abuser, Robert Souter.

Simon Thomas : Vous savez(connaissez), il toucherait et se sentirait et il en rirait ou il me donnerait une agrafe autour de l'oreille, me donnerait un bon grand coup et ...

JOURNALISTE : Juste pour vous assurer vous êtes allés avec lui ?

Simon Thomas : .. juste pour s'assurer moi, ouais. Et ensuite il retournerait à l'intérieur.

JOURNALISTE : Et ensuite il y avait les sessions d'étude de Bible à la maison de Robert Souter.

Simon Thomas : Probablement le plus mauvais de ce que m'est arrivé est arrivé ici à cette maison.

JOURNALISTE : Et nous parlons de l'abus extrême ?

Simon Thomas : Ouais, extrême, ouais, abus extrême. D'abord c'était presque surréaliste. Il y a ressemblé n'arrivait pas, mais j'ai eu peur pour dire tout. C'est juste l'habituel - j'ai juste eu peur parce que je n'ai pas voulu que mes parents aient été renversés et je n'ai pas voulu que la congrégation ait été renversée, je ne regrettais pas que de mauvaises choses n'aient pas dit des Témoins de Jéhovah, si je essentiellement juste ...

JOURNALISTE : Tenu cela à vous ?

Simon Thomas : .. l'a tenu à moi, copped cela sur le menton.

JOURNALISTE : Pour combien de temps ? Simon Thomas : Pendant environ trois ans.

JOURNALISTE : Alors une nuit, une révélation choquante. Quand le frère plus jeune de Simon a une dépression nerveuse à un voyage d'église au NT.

Simon Thomas : Il a téléphoné à mes parents pour leur dire qu'il avait été abusé par Robert Souter et c'était terrifiant, la situation était épouvantable. Donc mon père s'est approché d'un des aînés et a dit, "le Regard, Robert Souter a fait cela et cela et cela à mon fils." Ainsi l'aîné dit, "BIEN, nous nous en occuperons." Et j'avais entendu cela, évidemment et je me suis approché l'aîné auquel mon père a parlé et j'ai dit, "le Regard, le récit de mon frère de la vérité parce qu'il m'est aussi arrivé."

JOURNALISTE : pouvez-vous me dire le nom de ce qu'aîné ?

Simon Thomas : Cet aîné que nous avons parlé à étions ce temps-là John Wingate.

JOURNALISTE : John Wingate ?

JOHN WINGATE, ÉGLISE AÎNÉE : C'est ça.

JOURNALISTE : Ouais, je suis Graham Davis du programme de dimanche à la Manche(Canal) 9. J'ai juste voulu vous parler de Robert Souter et l'abus des garçons de Thomas dans Wollongong.

JOHN WINGATE : Aucun commentaire.

JOURNALISTE : les garçons vous sont d'abord venus, ils, la famille vous sont d'abord venus ?

JOHN WINGATE : Aucun commentaire.

JOURNALISTE : Bien, Simon Thomas nous a dit que, donc nous savons(connaissons) que. John Wingate est toujours un aîné de la congrégation Cooma dans NSW du sud, où Robert Souter s'était déplacé et nous savons(connaissons) maintenant, avaient commencé à abuser d'enfants au Hall de Royaume là. Ce qui Wingate vous dit ?

Simon Thomas : Bien, il a dit - il a semblé le prendre très sérieusement et il a dit, "le Regard". Il a dit, "Nous le retrouverons et le laisserons(quitterons) avec moi." Et c'était le dernier nous en avons entendu parler.

JOURNALISTE : Vous lui avez dit, "Laissez(quittez-le) avec moi." Il dit que c'est le dernier il en a entendu parler. Vous estimez que vous aviez n'importe quelle responsabilité de revenir à cette famille.

JOHN WINGATE : je n'ai aucun commentaire pour vous faire. Non, je n'ai aucun commentaire pour vous faire.

JOURNALISTE : Unbeknown à la famille, John Wingate et les autres aînés ont agi. Ils Robert Souter disfellowshipped, l'ont expulsé de la congrégation. Mais ce n'était pas longtemps avant la famille de Thomas a obtenu quelques nouvelles dévastatrices.

Simon Thomas : c'était autour des six mois et ils l'ont rétabli dans la congrégation Cooma.

JOURNALISTE : qu'avez-vous pensé quand on vous l'a dits ?

Simon Thomas : je ne pouvais pas le croire. J'ai été abasourdi et j'ai été incroyablement vexé.

JOURNALISTE : Maintenant, que cette famille veut savoir(connaître) est pourquoi il a été rétabli dans l'église autour de six mois plus tard ?

JOHN WINGATE : Téléphonez la Société de Mirador d'Australie et ils répondront à toutes vos questions quant à cette situation. JOURNALISTE : Bien, pouvez vous me dire, monsieur, pourquoi vous ...

JOHN WINGATE : je ne peux pas en faire des commentaires.

JOURNALISTE : Pourquoi vous ne pouvez pas en parler ?

JOHN WINGATE : parce que je ne suis pas à la liberté à.

JOURNALISTE : Pourquoi ?

JOHN WINGATE : parce que je ne suis pas.

JOURNALISTE : Vous avez traité le cas.

JOHN WINGATE : c'est cela ne vous regarde pas.

Simon Thomas : j'ai parlé à un aîné là-bas et il a dit que Robert Souter était repentant ainsi quand vous êtes repentants, on vous permet en arrière dans la congrégation.

JOHN WINGATE : Avez-vous un problème avec l'audition ? Avez-vous un obstacle d'audition ? Je vous ai juste dit ...

JOURNALISTE : J'essaie de trouver quelques réponses.

John WINGATE : Vous n'allez pas obtenir des réponses de moi parce que je vous ai dit ...

JOURNALISTE : Ainsi en absence de n'importe quelle réponse des aînés, regardons les directives du Mirador pour traiter avec des mauvais traitements à enfant -

"Quand un comité juridique décide qu'un violeur d'enfants est repentant et restera un membre de la congrégation chrétienne, il serait approprié de lui parler très franchement, le pressant fortement quant aux dangers d'étreinte ou la tenue d'enfants sur ses genoux."

JOURNALISTE : Je veux dire, quel tri (sorte) d'une force de dissuasion est cela ?

Jim DONALD : (des Rires) Bien, il n'est aucun, évidemment, parce que ces tris(sortes) de choses seraient juste, ce qui serait dans la vue publique. La chose qui échappe le point de vue de la société sur cet enfant molestant la situation est que tous cela a lieu dans le secret.

JOURNALISTE : Si secret est des mauvais traitements à enfant que Simon Thomas a pensé qu'il était seul dans l'abus par Robert Souter, avant qu'il n'ait découvert de son frère plus jeune et ensuite plus tard, d'un autre frère aussi. Avez-vous un sentiment de culpabilité que vous pourriez avoir été capables de sauver (économiser) vos deux frères ?

Simon THOMAS : J'ai fait, d'alors sur et je l'ai toujours le sentiment. Et il fait partie de la raison pourquoi je fais ce que je fais aujourd'hui. Parce que si j'avais dit quelque chose en arrière alors, j'aurais pu sauver(économiser) - j'aurais pu aider, peut-être de quelque façon, douzaines d'entre d'autres.

JOURNALISTE : Mais peut-être non. Car dans le précepte le plus extraordinaire d'entre tous, le règlement de Témoins de Jéhovah insiste sur cela - "Il doit y avoir deux ou trois témoins oculaires, non juste des personnes répétant qu'ils ont entendu. Aucune action ne peut être prise s'il y a seulement un témoin."

JOURNALISTE : Freddy Aveugle sait qu'une personne qui maltraite les enfants ne reste assise attendant deux ou trois témoins avant le faire de rien.

Jim DONALD : C'est exact.

JOURNALISTE : Comment se fait-il que cela échappe les aînés de l'église ?

Jim DONALD : Ils comptent sur un texte biblique qui dit que toutes les questions doivent être établies sur la bouche de deux ou trois témoins.

JOURNALISTE : Comme Jim Donald dit qu'il, cette règle(autorité) a étouffé les cris plaintifs de victimes maintes fois et était un facteur principal dans sa décision de laisser(quitter) l'église derrière pour toujours.

Jim DONALD : une jeune jeune fille a fait des allégations que cet individu particulier s'était heurté à ses organes sexuels. Ouais. JOURNALISTE : Et on vous a donné le travail d'examiner ...

Jim DONALD : Oui.

JOURNALISTE : ... cette allégation ? Qu'est-ce qui est arrivé ?

Jim DONALD : Bien, tout que nous pourrions faire est posent les questions.

JOURNALISTE : À lui ?

Jim DONALD : À lui et évidemment il a dit, "Oh, non, non, qui est toute l'erreur et elle a eu des problèmes. Et vous savez(connaissez), elle vient d'une famille mystérieuse", le tri(sorte) de chose.

JOURNALISTE : Ainsi en absence de la règle(autorité) de l'église qu'il être au moins deux ou trois témoins, cette fille ne devait pas être cru ?

Jim DONALD : C'est ça.

JOURNALISTE : Et c'était la fin de la question ?

Jim DONALD : Yep.

JOURNALISTE : Mais pour la confession de son père, qui est juste ce qui serait arrivé à Natalie Webb. S'il l'avait nié et c'était seulement votre mot contre lui, à cause de la deux règle(autorité) de témoin, rien ne serait arrivé. Cette foire doit assumer ?

Natalie WEBB : C'est exact.

Simon THOMAS : Ce son appelé 'le Luttant'. Il lutte en réalité avec une décision sur si je dois en réalité aller à la police.

JOURNALISTE : Pour Simon Thomas, les années ont passé, comme lui et sa famille ont nourri leur trauma - des années noires ont fait la chronique dans ses peintures.

Simon THOMAS : Celui-ci là, qui a appelé 'la Vie à 15'.

JOURNALISTE : Alors, il y a six ans, Simon s'est approché des aînés de l'église de nouveau.

Simon THOMAS : Et j'ai dit aux aînés là que je luttais vraiment avec ce qui m'est arrivé et que j'ai eu besoin de quelque aide. Je ne me chargeais pas.

JOURNALISTE : Et que vous ont-ils dit ?

Simon THOMAS : Ils m'ont dit en arrière alors, ils ont dit - et ceux-ci sont les mots exacts - Ils ont dit, "Évidemment pour ce problème de vous déranger" pour si longtemps, "vous ne priez pas assez."

JOURNALISTE : Vous rigolez ?

Simon THOMAS : C'est exactement ce qui m'a été dit, donc je me suis tu de nouveau pendant une autre année ou deux.

JOURNALISTE : Et ensuite ?

Simon THOMAS : Et ensuite j'ai décidé que j'allais aller à la police.

JOURNALISTE : Robert Souter a été envoyé à la prison pour un minimum de trois ans par le Juge John Goldring, qui avait cela pour dire de la Bible de Mirador et la Société d'Étendue -

"Les autorités d'église l'ont pris sur eux pour agir comme s'ils étaient les autorités civiles qu'ils n'avaient aucun droit de faire. Cette question n'a pas été annoncée à la police, comme il doit avoir été et je suis étonné que la police n'a pas pris d'action contre les autorités d'église. J'espère qu'ils feront ainsi. L'État a la responsabilité de protéger les jeunes gens et tous les citoyens ont une responsabilité morale sérieuse de l'aider avec cela. Je ne peux pas critiquer l'église suffisamment sérieusement pour ne pas avoir annoncé cette question".

JOURNALISTE : Sentez-vous une responsabilité morale du fait qu'il a continué à abuser d'autres enfants ?

John WINGATE : Je pense que vous avez une responsabilité morale de respecter mes vœux et suivre la procédure que je vous ai donnée et cela doit entrer en contact avec la Société de Mirador d'Australie. Ne moi harcelez pas.

JOURNALISTE : Chaque enfant à cette photographie avec Simon Thomas a été abusé par Robert Souter. Comme nous savons(connaissons) maintenant, le numéro(nombre) total Souter molesté pourrait être aussi haut que 40.

Simon THOMAS : Je pense que tous pourraient avoir été sauvés(économisés), mais je pourrais avoir été sauvé moi-même parce que j'ai découvert qu'une des sœurs dans la congrégation avait parlé à un aîné et avait dit qu'elle avait vu Robert Souter faisant quelque chose à SON fils et c'était avant que Robert Souter n'ait abusé de moi.

PRÉDICATEUR (PASTEUR) : Rappelez-vous nos cœurs et les avis (esprits) sont consacrés à Jéhovah et nous devons être saints parce qu'il est saint.

JOURNALISTE : Nous avons demandé à la Société de Mirador une série de questions de son traitement des cas(affaires) de Robert Souter et Victor Webb et leur avons demandé de nous dire combien de personnes qui maltraite les enfants ils ont découvert dans leurs rangs. On nous a dit que ce n'était pas l'affaire des médias pour savoir(connaître), quoique l'église ait dit très que peu étaient des aînés ou ces positions de tenue de responsabilité. Dans cette lettre, Viv Mouritz, le président australien de la société, a décliné notre demande d'un interview(entrevue) et a dit des revendications de Simon Thomas et Natalie Webb -

"Mes enquêtes indiquent que les aînés ont impliqué n'a pas donné d'instructions pour ne pas annoncer l'abus à la police".

JOURNALISTE : c'est en désaccord avec tout ce que nous avons reçu des nouvelles d'un certain nombre de sources, y compris un juge. Mais sur la forme précédente, on dira notre histoire à la congrégation est le travail de Satan.

PRÉDICATEUR (PASTEUR) : les médias là-bas, avec tout son pouvoir(puissance) et sa force, il présente la nature humaine dans trois Ds, trois Ds - le dérèglement des moeurs de chaque sorte, tromperie de chaque sorte et démonisme de chaque sorte - et nous devons être conscients de cela.

JOURNALISTE : Mais les autorités et les cours doivent être conscients de quelque chose d'autre, quelque chose beaucoup plus sinistres - la notion de l'église de la vérité. Dans ce livre ' la Compréhension(idée) sur les Écritures saintes, il dit ici, ne fait pas il "Étant couché implique généralement l'énonciation de quelque chose fausse à une personne qui a droit de savoir(connaître) la vérité".

Jim DONALD : Oui.

JOURNALISTE : votre moyenne jugerait-elle ou le magistrat quelqu'un qui avait droit d'être pour savoir(connaître) la vérité ?

Jim Donald : Ce serait très difficile pour une personne pour ne pas soutenir ce que la société voudrait. Ils en arrière la société et ils verraient que comme le support de Jéhovah, dans le cas où, ces gens, la cour, n'a pas droit de savoir (connaître) la vérité.

JOURNALISTE : N'est pas ?

Jim DONALD : Non et dans ce cas ils diraient ce n'est pas un mensonge.

JOURNALISTE : Donc c'est tout à fait possible, donné cette définition de position, que le Témoin de Jéhovah pourrait aller avant un tribunal civil dans ce pays et être couché à leurs arrières dents ?

Jim DONALD : Oui.

JOURNALISTE : Et cela de l'homme qui était une fois le propre avocat de la société.

Curé Warryn STUCKEY : Cela a toujours été, tant que je me souviens, a été la doctrine de Mirador, cela seulement ceux qui ont droit de savoir que la vérité mérite la vérité.

JOURNALISTE : le Droit, mais s'ils ont décidé qu'un juge particulier ou une cour particulière n'ont pas droit de savoir (connaître) la vérité, ils ne dira pas la vérité ?

Curé Warryn STUCKEY : Correct.

JOURNALISTE : Vous rappelez-vous le récit d'elle qu'elle ne doit pas aller à la police ?

Maurice HADLEY : Pas du tout.

JOURNALISTE : Elle dit que vous avez fait ?

Maurice HADLEY : Oh, bien c'est son mot contre le mien, n'est-ce pas ?

JOURNALISTE : Ainsi qui a droit de savoir (connaître) la vérité ?

Maurice HADLEY : Je veux dire, qui pensez-vous que vous êtes de toute façon ? Depuis quand êtes-vous devenus les genoux d'abeilles sur tous cela ?

JOURNALISTE : Donc est l'homme repentant de Vic, est il, est que cela ?

Maurice HADLEY : Bien, je voudrais penser ainsi, mais que n'est pas pour moi pour juger, est cela ? C'est entre lui et son Dieu en fin de compte, n'est-ce pas ?

JOURNALISTE : Lui et son Dieu ?

Maurice HADLEY : Bien, vous ne pensez pas cela ?

PRÉDICATEUR (PASTEUR) : les Frères, comme nous continuons à prier pour l'aide dans la direction de nos inclinations coupables, nous verront Que Jéhovah nous aide.

JOURNALISTE : Laissez (quittez-le) à Jéhovah, le refrain constant d'entre ceux qui prétendent vivre dans la vérité et se voir comme ses seuls vrais représentants. Leurs victimes les veulent apporté pour estimer dans le monde, une enquête officielle dans la Bible de Mirador et la Société d'Étendue.

Natalie WEBB : Il y a besoin de la réforme imposée et attendant Jéhovah ne travaille pas juste .

Jim DONALD : Je pense qu'il doit faire prendre le couvercle, ouais, parce que les vies des jeunes gosses sont ruinées.

JOURNALISTE : Donc cela le temps que les gouvernements sont-ils sévis cette organisation ?

Natalie WEBB : Oh, certainement, mm. J'aurais horreur penser combien d'enfants sont abusés maintenant.

JOURNALISTE : Même comme nous parlons ?

Natalie WEBB : Comme nous parlons.

Simon THOMAS : j'ai beaucoup de mal, bien qu'il y ait les beaux gens dans les Témoins de Jéhovah - sont beaucoup toujours mes amis - je trouve extrêmement difficile d'avoir une obligation et être une partie d'une fraternité avec eux maintenant. L'organisation - les procédures organisationnelles doivent changer parce que les gosses ne peuvent pas souffrir comme ça désormais. Il est faux.

Voir aussi