Vaccination

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
L'Âge d'Or, 30 mars 1932, p. 409. Vaccination présentée comme étant à l'origine de nombreux décès d'enfants, comme le prouvent les ossements au sol.
L'Âge d'Or, 31 mai 1939, p. 5. Caricature afin de dissuader le lecteur d'avoir confiance dans les vaccinations.

La façon dont la Société Watch Tower a considéré la vaccination a connu des variations au fil du temps. En effet, cette pratique médicale fut, pendant des décennies, présenté de façon négative, quoique non systématiquement jusqu'en 1931, en donnant principalement la parole à ceux qui les désapprouvent. De ce fait, les anciennes publications contiennent parfois des propos très critiques envers les vaccinations. Toutefois, depuis 1952, ces mises en garde ne figurent plus dans la littérature jéhoviste et il est précisé à de maintes reprises que la vaccination relève du choix de chaque adepte.

Historique

Dès 1921, la Watch Tower a produit de nombreux articles sur le thème des vaccinations dans la revue L'Âge d'Or, alors éditée par Clayton Woodworth qui était opposée à la médecine allopathique. L'article du 27 avril 1921, apparemment le premier en date, était plutôt positif et a rapidement suscité une vague de commentaires négatifs dans le périodique avant même la fin de l'année. À partir de cette date, plusieurs articles très virulents à l'encontre des vaccins ont été publiés, bien que, pendant les années 1920, ceux-ci ont côtoyé d'autres articles bien plus positifs.

Toutefois, en 1931, se faire vacciner était perçu comme aussi grave que consommer du sang. En effet, la Watch Tower citait alors Genèse 6:2-4; 9:2-4 pour évoquer la vaccination et assimilait celle-ci à la violation de la loi sur le caractère sacré du sang et un mariage illicite entre les espèces. Les articles traitant des vaccinations étaient également accompagnées de caricatures qui les présentaient de façon dévalorisante et présentaient cette pratique médicale comme était la source de toutes sortes de maladies. En 1935, L'Âge d'Or publia même un formulaire standard pour les parents à utiliser pour refuser la vaccination de leurs enfants.[1] Certains sites, tels que vaccineriskawareness.com ou religioustolerance.org, rassemblent une collection de citations de la littérature Watch Tower en rapport avec cette question.

Enfin, au début des années 1950, la Watch Tower a admis que ses adeptes pouvaient accepter les vaccinations selon ce que leur disait leur conscience. Ainsi, il est possible que la Société ait changé de point de vue parce que de nombreux pays rendaient certains vaccins obligatoires et que cela permettrait le déplacement sans difficulté de ses représentants itinérants.[2]

Actuellement, sur leur site officiel, les Témoins de Jéhovah déclarent qu'ils n'ont "aucune objection aux vaccins en général. Certains vaccins contiennent des fractions mineures de sang, et leur utilisation est une affaire de choix personnel".[3] On notera toutefois que la Watch Tower n'assume pas son ancienne position sur la vaccination et essaie de faire croire qu'elle a toujours été logique dans sa façon de considérer cette question (cf Réveillez-vous! (anglais), 8 août 1993, p. 2), ce qui n'est donc pas conforme à la réalité.

Selon une dépêche de l'Agence Burundaise de Presse en date du 17 février 2000, les Témoins de Jéhovah du Burundi ont organisé une contre-campagne de vaccinations contre la rougeole à Ruyaga, Kavumu et Mageyo.[4]

Témoignages

Golden Age, 27/04/1921, p. 442. Ce premier article, globalement positif sur la vaccination, a cédé la place à d'autres assez virulents par la suite.

William Cetnar, qui occupa une position élevée dans l'organisation, témoigne:[5]

« En décembre 1951, lorsque le Président Knorr vint surveiller mon bureau, j'avais une trentaine de lettres venant de parents qui demandaient si la loi de Dieu permettait à leurs enfants d'être vaccinés contre la variole, ceci étant obligatoire pour leur scolarité. (...) Le journal L'Âge d'Or affirmait que puisque la vaccination est une injection directe de produit d'origine animale, dans le système sanguin, c'est une violation directe de la loi de Jéhovah (édition anglaise du 24 avril 1935, page 465). (...) Mes beaux-parents, et beaucoup d'autres firent la seule chose possible — ils amenèrent leur fille chez un docteur qui simula une vaccination à sa jambe avec de l'acide. Puis le médecin signa l'attestation et la fillette n'avait plus aucun problème pour entrer à l'école. La cousine de Joan eut une "vaccination" analogue (...). On m'a dit que A. E. Ilett, le médecin de Béthel, remplissait les attestations sans avoir fait la vaccination, et je le crois, car sans vaccination, les missionnaires Témoins ne pouvaient pas quitter le pays; donc ils obtenaient leurs attestations quelque part. En fait, un des frères me dit que ce changement de doctrine s'imposa parce que la Société voulait éviter un scandale à ce sujet. Personnellement je fus vacciné, mais mon frère et ma sœur ne le furent jamais. »

Cetner répondit aux courriers en ne suivant pas la thèse officielle de la Watch Tower sur ce sujet, et se fit donc réprimandé par Nathan Knorr.[6] Il déclara aussi, après avoir visité les laboratoires de Lederle, qui produisaient les vaccins contre la variole:[7]

« J'ai trouvé que mes suspicions étaient correctes. Bien que la Société enseignait que les vaccinations violaient la loi de Dieu parce qu'ils mettaient du sang animal dans les humains, je compris que cela n'était pas vrai. Le vaccin était fait pas un procédé (...) qui n'impliquait pas de sang du tout. À mon retour au siège j'ai envoyé un mémo au président à propos de ma découverte, mais cela ne fut pas reconnu. »

Une amorce de changement a pu apparaître au début des années 40, mais non officiellement puisqu'elle ne reflète pas la doctrine de l'époque. Dans son livre biographique Faith on the March (1957), Alexander Macmillan expliqua qu'il avait visité les adeptes emprisonnés durant la Seconde Guerre Mondiale et précisa une anecdote en rapport avec les vaccinations qui est révélatrice de la façon dont celle-ci était considérée au sein de l'organisation:[8]

« L'un des problèmes les plus sérieux que dont j'ai eu à m'occuper, tel que je m'en rappelle, était les vaccinations. Le département de la santé à Washington ordonna que tous les prisonniers et tous les gardiens soient vaccinés. Dans une prison, certains de nos garçons assimilaient cela comme de recevoir une transfusion sanguine, et refusèrent de s'y soumettre. (...) Je leur ai dit: "Nous perdons notre temps à parler de ce qu'il y a de mauvais avec les vaccinations parce qu'il y a du bon également. (...) De plus, tous ceux d'entre nous qui rendons visitent à nos filiales à l'étranger sont vaccinés ou restent chez eux. Maintenant, la vaccination n'est pas quelque chose comme la transfusion sanguine. Aucun sang n'est utilisé dans le vaccin. C'est du sérum. Donc vous ne violeriez pas ces Écritures qui interdisent de prendre du sang dans votre système..." Notre discussion dura environ deux heures, puis les hommes décidèrent de se soumettre à la vaccination après un semblant de résistance. Par la suite, ils acceptèrent d'écrire une lettre d'excuse pour le trouble qu'ils avaient causé lors de leur première position prise. »

Le professeur Jery Bergman déclara qu'"entre 1931 et 1952, il fut enseigné aux Témoins de refuser les vaccinations pour eux-mêmes et pour leurs enfants, et certains allèrent même en prison pour leur position."[9]

La sociologue Cécile Couchouron-Gurung rapporta une analyse faite par le site AJWRB au sujet de l'interdiction de la vaccination par la Watch Tower. Elle écrivit que, selon l'association, c'était Clayton J. Woodworth qui était à l'origine de la condamnation de cette pratique, car celui-ci "utilisa[it] ce magazine [L'Âge d'or] comme porte-voix pour ses conceptions personnelles sur la science et la médecine"; toujours selon l'association, l'interdiction n'a été officiellement levée qu'après la mort de Woodworth par respect pour celui-ci, et ceci alors que concrètement, certains Témoins acceptaient des vaccinations depuis environ 12 ans.[10] Cela s'accorde avec les observations faites par Macmillan dans son livre. De même selon Timothy White, "les dangers de l'utilisation d'ustensiles de cuisine en aluminium et de la vaccination furent imprimés avec force à ses lecteurs [ceux de L'Âge d'Or]" parce que Woodworth, l'éditeur du magazine, était friand de pseudo-médecine.[11]

Articles dans les publications

Hésitations dans les années 1920

Publication et date Description du contenu et commentaire
The Golden Age (angl.), 27/04/21, pp. 440-42 L'article "How vaccines work", par G. Del Pino, explique comment sont préparés les vaccins et à quoi ils servent. Il déclare que "la vaccination est pratiquement universelle dans la civilisation du monde moderne". Il définit le vaccin comme "une émulsion de germes morts normalisée à une force donnée appropriée pour une injection thérapeutique ou prophylactique. Un vaccin peut être préparé à partir de n'importe quel germe qui peut être fait poussé artificiellement en pure culture". À la question relative à l'efficacité du vaccin, l'article répond que celui-ci "aide à soigner la maladie en stimulant la production d'anti-substances spécifiques dans le corps vivant". L'article relate ensuite les progrès scientifiques réalisés à ce niveau-là depuis Jenner, Pasteur et ses disciples et fait remarquer que "toutes ces merveilleuses découvertes" ont été faites "depuis le retour de notre Seigneur en 1874 A.D." et que prouveraient "de façon concluante que la théorie de l'évolution des hauts critiques est fausse". L'article conclut ainsi: "Il peut être assumé que le succès qui a jusque-là été obtenu par l'usage de ces vaccins désintoxiqués représente seulement le début des dernières possibilités des agents immunisants dans la prévention et le soin de la maladie."
The Golden Age (angl.), 20/07/21, pp. 634-36 L'article "Antitoxins and vaccines", par Mrs W.R. Burzacotts, se propose de donner l'avis des nouvelles écoles de santé naturelle à propos des vaccins. Le Dr Tenison Deane, de San Francisco , et son livre The Crime of Vaccination sont cités, déclarant que "la diphtérie a suivie fidèlement la vaccination d'un pays à l'autre" et que "les docteurs en vaccination sont en train de semer la maladie sous ses pires formes". Après avoir cité d'autres exemples, l'article dit que tout cela "prouve positivement que le soi-disant vaccin anti-variole n'est pas un pur virus de variole, mais une mixture de tous les poisons systématiques et des maladies du corps de l'animal à partir duquel le vaccin a été produit", qu'il n'y a "pas de méthode plus efficace pour la propagation en masse de la maladie que la vaccination" et qu'il faut purifier son corps des maladies, variole incluse, grâce à des méthodes naturelles et la diète pure.
The Golden Age (angl.), 14/09/21, p. 754 L'article "Effectiveness of vaccination", écrit par H.A. Rutschow, D.C. (à compléter)
The Golden Age (angl.), 12/10/21, p. 8 L'article "The caccination infamy", par A.M. Wilton, M.D., déclare qu'"une bonne moitié de la profession médicale dénonce la vaccination, non seulement comme étant sans intérêt (...), mais parce qu'elle propage diverses autres maladies". Il cite de nombreux docteurs et physiciens, s'insurge contre le caractère obligatoire des vaccinations et conclut en qualifiant cette pratique de "plus grosse fraude perpétuée au nom de la science".
The Golden Age (angl.), 12/10/21, p. 9 L'article "Doctor favors vaccination", écrit par un docteur anonyme, prend la défense de la vaccination. Il montre que "contrairement au traitement pour à peu près toutes les autres maladies, la vaccination contre la variole est restée pratiquement inchangée au fil des années depuis sa création". Il cite l'encyclopédie Analytic Cyclopedia of Pratical Medicine, indiquant qu'elle fait autorité en la matière, qui déclare: "L'évidence que la vaccination prévient contre la variole est à présent écrasante" et que les pays ayant été les mieux vaccinés ont moins souffert de la maladie. Le docteur conclut en disant qu'il n'a aucun intérêt à la controverse.
The Golden Age (angl.), 12/10/21, pp. 9-10 L'article "Second protest", écrit par A.M. Wilton, M.D. à nouveau, répond à l'article précédent qui le critiquait. Il estime que bien qu'elle apparaît sincère, cette réponse nécessite certains commentaires. Il minimise l'importance de l'encyclopédie Analytic Cyclopedia of Pratical Medicine et cite d'autres sources plus critiques sur les vaccinations, dont le Dr Kalb qui déclara: "Une examination plus précise des chiffres ne laissa aucune ombre de doute que la soit-disant preuve [en faveur de la vaccination] était un échec complet". L'auteur de l'article conclut en disant qu'il ne croit pas que la vaccination ait un quelconque mérite et qu'il s'agit d'une dangereuse désillusion, et qu'ainsi il "conduit les lecteurs sur le chemin de la vérité".
The Golden Age (angl.), 12/10/21, pp. 9-10 L'article "Science by unscientific", écrit par L.W. Putnam, M.D. (à compléter)
The Golden Age (angl.), 12/10/21, pp. 13-14 L'article "A living death", écrit par J.J. Wentael (à compléter)
The Golden Age (angl.), 12/10/21, pp. 14-15 L'article "Against vaccination", écrit par W.M. Pugh, prétend que les vaccins et les sérums n'ont pas protégé contre les maladies, contrairement à ce qu'affirme un "comité de propagandistes bien équipé et financé". Puis sont fournis des rapports indiquant que l'"erreur" de la vaccination a été à l'origine d'épidémies. En conclusion, l'article demande à ce que la population soit avertie de "l'illusion des revendications de la vaccination" et "d'organiser une pétition au gouvernement américain pour autoriser la vaccination à ceux qui sont assez insensés pour la vouloir mais interdire pour toujours sa pratique sur ceux qui dénient ses prétentions grotesques".
The Golden Age (angl.), 12/10/21, pp. 15-16 L'article "Cured by serum", écrit par Mrs Mary E. Burnet (à compléter)
The Golden Age (angl.), 12/10/21, pp. 16-17 L'article "Vaccine therapy a success", écrit par A. Murray, M.D., est une lettre en réponse aux affirmations du Golden Age dans laquelle il est dit que la thérapie par vaccination a, "heureusement, démontré sa valeur" et que le périodique "n'a pas été chanceux dans son matériel médical".
The Golden Age (angl.), 12/10/21, p. 17 L'article "Vaccination a failure", écrit par Mrs R. Walter Maygrove, est aussi un courrier de lecteurs. Il présente la vaccination comme quelque chose d'inutile, comme une pratique barbare et diabolique, et termine en demandant "d'utiliser ses droits de citoyens américains pour abolir pour toujours la pratique démoniaque des vaccinations".
The Golden Age (angl.), 09/11/21, pp. 75-76 L'article "Vitamines", ne traite pas spécifiquement des vaccins, mais les mentionne deux fois de façon négative. "Les médecins réguliers les plus éminents sont presque entièrement consacrés à l'étude de médicaments toxiques et leurs effets et aux sérums et aux vaccins les plus toxiques qui ont tendance à polluer la circulation sanguine et diminuer la vitalité, alors que la voie réelle pour la santé se trouve sans aucun doute dans la purification et la dynamisation du sang et dans le domaine de la diététique." (...) "Mais ces formes d'égoïsme organisé sont destinées bientôt à disparaître à jamais dans l'esprit de l'âge d'or — soupirs et douleurs, drogues et poisons, sérums et vaccins, s'envoleront avec l'obscurité à laquelle ils appartiennent."
The Golden Age (angl.), 18/01/22, pp. 246-7 L'article "Why this difference?", par W.A. Lawrence, commence en ces termes: "J'ai lu les articles pour et contre la vaccination qui sont apparus dans l' Âge d'or. Je vois la sagesse exprimée des deux côtés de la question. Je n'ai ni la sagesse ni de l'érudition à proposer en la matière, mais je désire raconter un fait vécu." Il cite le cas d'une personne qui a été inoculée avec le virus de la variole et qui "ne tarda pas à développer de la faiblesse (maladies) un visage blême, une mine triste, des dents qui ont pratiquement toutes pourries, (...) une déformation des articulations". La personne a "souvent prié pour mourir afin d'être hors de la douleur et la souffrance". À l'inverse, une autre personne sur qui le vaccin n'a pas fonctionné est devenu quelqu'un de beau et qui aime la vie.
The Golden Age (angl.), 15/02/22, p. 314 L'article "Facts about vaccination", par G. Del Pino (le même qui a écrit le premier article sur ce sujet en 1921, est très positif sur les vaccinations. Il montre, à propos de l'épidémie de variole ayant ravagé Glasgow l'année précédente, que "la maladie n'a guère attaqué les sujets vaccinés, ou en cas d'attaque les patients ont guéri relativement facilement, tandis que dans le cas des non-vaccinés qui ont été touchés par le mal, ils ont succombé à la maladie ou ont seulement récupéré avec une grande difficulté". L'auteur parle de "faits" et de "preuves" (mis en majuscules dans le texte). Il cite le cas d'un homme souffrant d'une maladie et qui a essayé des traitements sans succès ; mais suite à des vaccins, il "s'est senti tout à fait guéri et tous les symptômes précédents ont disparu. (...) La question se pose : pourquoi se sent-il tellement bien après que les injections de vaccin ? C'est un fait bien connu que des milliers de vies ont été sauvés par le sérum antitoxine diphtérique. Si ce sérum n'avait pas de qualités curatives, comment ces vies, sur le point de prendre fin avant que le sérum ait été injecté, ont été physiquement sauvées?" L'article conclut: "C'est une perspective à très court aperçu que de condamner la vraie science parce que certains ont soit fait des erreurs dans la préparation des substances, ou, plus probablement, omis de prendre des précautions dans leur administration. Personnellement, je peux honnêtement dire que pour le moment je n'ai pas eu un seule cas (dans la vaccination ordinaire) se plaignant soit d'une douleur au bras, etc, ou de toute autre complication. Prudence et propreté dans l'administration de vaccins semblent être le secret de la réussite."
The Golden Age (angl.), 12/04/22, p. 428 L'article "Purschasing immunity", dans la rubrique "Breveties", déclare : "Immunité spirituelle — immunité physique — et toutes les deux aussi efficaces!"
The Golden Age (angl.), 03/01/23, pp. 211-14 L'article "The vaccination fraud", par Mrs Andrew J. Holmes, commence par le constat que "il n'y a jamais eu d'acceptation complète ou d'unanimité d'opinion entre les professions médicales et chirurgicales. Il y a eu des dissidents depuis l'époque de Jenner, et le nombre a considérablement augmenté depuis les sociétés anti-vaccination ont publié une grande quantité de preuves contre cette pratique, ouvrant ainsi les yeux aux gens sur les tragédies de cette pratique abominable. Le principe même de la vaccination est suffisant pour la condamner. L'idée de l'injection de matières pourries, de pus, dans la circulation du sang, est dégoûtante, répugnante, pour dire moins, (...) une maladie causée par l'injection de vile matière infectieuse (...). Il y a beaucoup de médecins honnêtes dont les déclarations attestent qu'ils sentent une plus grande inquiétude sur les vaccins que sur des cas réels de la variole (...). Le ressentiment des citoyens contre la vaccination obligatoire, se propage, car l'ensemble de la théorie Jennérienne sur la vaccination a été montrée comme construite sur le mensonge." L'article cite ensuite des déclarations de médecins et des décisions de justice défavorables aux vaccinations, puis présente l'industrie des vaccins comme un Big Business qui contrôle l'intégralité de l'industrie, et a en conséquence tout intérêt à profiter des épidémies pour réaliser un profit, et conclut sur les bienfaits de la diète et de l'alimentation.
The Golden Age (angl.), 17/01/23, pp. 240-44 L'article "Animal and human vivisection" (à compléter)
The Golden Age (angl.), 17/01/23, pp. 244-245 L'article "Is vaccination inhuman ?", par Walter P. Mosce est défavorable et mentionne des faits survenus aux Philippines et rapporte des circulaires officielles indiquant que des vaccins étaient à l'origine d'épidémies de fièvres aphteuses. Il conclut: "Il est grand temps de réveiller le public aux dangers du virus vaccinal, et de refuser absolument que leurs corps soient violés en vertu de lois soit-disant sanitaires."
The Golden Age (angl.), 07/11/23, pp. 87 L'article "Leicester against vaccination", par F.R. Freer, déclare que "de temps en temps, des articles pour et contre la vaccination ont apparu dans The Golden Age", et cite le cas d'une ville d'Angleterre, Leicester, dont les habitants se sont mobilisés contre la vaccination obligatoire. Ce mouvement n'est toutefois pas présenté comme étant sérieux.
The Golden Age (angl.), 30/07/24, pp. 686-87 L'article "Facts and figures about medical ignorance", par Isaac L. Peebles, M.D. (à compléter)
The Golden Age (angl.), 08/10/24, pp. 17-19 Les articles "Pittburgh fighting vaccination", "The war against vaccination in Pennsylvania" et "Vaccination in Czecho-Slovakia", par Geo, F. Herde (à compléter)
The Golden Age (angl.), 05/01/29, p. 502 Les gens réfléchis doivent plutôt choisir de contracter la variole plutôt que de se faire vacciner, parce que la vaccination est présentée comme entraînant toutes sortes de maladies (syphilis, cancer, eczéma, l'érysipèle, lèpre, etc, et toutes sortes d'autres affections répugnantes). La vaccination est "une crime, un outrage, et une illusion".[12]
The Golden Age (angl.), 02/04/30, pp. 427-29 L'article "Some facts about vaccination", par H.B. Anderson, fait d'abord le point sur l'obligation ou pas d'être vaccinés suivant les pays, puis indique, statistiques à l'appui, que le nombre de décès par suite de variole n'a pas diminué grâce à la vaccination, mais qu'au contraire, les pays dans lesquels les gens sont les moins vaccinés sont là où on enregistre moins de décès de cette maladie. L'article prétend qu'il y a certains faits qui sont couverts, notamment le fait que, lorsque des médecins diagnostiquent la variole chez un individu vacciné, ils présentent la maladie sous un autre nom afin de ne pas donner une mauvaise réputation à la vaccination. En conclusion, il est dit qu'on ne peut pas être sûr que les vaccins soient exempts d'impuretés et donc qu'ils n'offrent aucune garantie d'immunisation contre la variole.

Interdiction dans les années 1930

Publication et date Description du contenu et commentaire
The Golden Age (angl.), 04/02/31, p. 293 "La vaccination est une violation directe de l'alliance éternelle établie par Dieu avec Noé après le déluge."[13]
The Golden Age (angl.), 24/04/35, p. 465 "Comme la vaccination est une injection directe de matière animale dans le sang, la vaccination est une violation directe de la loi de Jéhovah Dieu." Le témoignage de Maria Braught dans un tribunal est cité comme un exemple.[14]
The Golden Age (angl.), 15/01/36, p. 235 L'article "Vaccinated Seventeen Times" relate le cas d'un jeune garçon qui, bien qu'ayant été vacciné 17 fois, ne peut aller à l'école, et conclut: "Beaucoup d'hommes intelligents croient que la vaccination obligatoire est un outrage".
Consolation (angl.), 20/04/38, p. 26 L'article "Death by smallpox" (mort par variole) produit des statistiques de plusieurs pays notamment le Royaume-Uni pour démontrer que la baisse de la mortalité par cette maladie n'a rien à voir avec la vaccination.
Consolation (angl.), 01/06/38, p. 21 La page intitulée "Metropolitan Medication" contient deux articles. L'un vient de Harry Bernhardt Anderson du "Citizen Medical Reference Bureau"[15] et veut démontrer que les pays où la variole sévit le plus sont ceux dans lesquels on mène des campagnes de vaccinations alors que les pays les moins touchés par cette maladie ne vaccinent pas, le même raisonnement est présenté pour la diphtérie. Ainsi l'inefficacité de la vaccination serait démontrée. Le deuxième article montre une campagne de vaccinations contre la coqueluche stoppée car jugée inefficace et ironise sur ce "progrès" médical.
Consolation (angl.), 31/05/39, p. 8 La vaccination est présentée comme un "crime contre la nature" et les marchands de vaccins comme étant des menteurs lorsqu'ils disent que ceux-ci sont inoffensifs.

Acceptation dès les années 1950

Publication et date Description du contenu et commentaire
La Tour de Garde, 15/07/53, p. 223 À la question : "La vaccination est-elle une violation de la loi de Dieu interdisant de prendre du sang dans notre système ?", l'article répond en déclarant qu'après un examen approfondie de cette question, il ne « semble pas qu'elle constitue une transgression de l'alliance éternelle établie avec Noé telle qu'elle est consignée en Genèse 9:4 ni qu'elle soit en contradiction avec la loi analogue de Dieu dans Lévitique 17:10-14. » L'article conclut par le fait qu'aucun argument biblique sérieux ne peut justifier l'interdiction des vaccinations. Ainsi, le point de vue de 1931 est complètement révisé.[16]
La Tour de Garde, 15/08/59, p. 256 et 01/12/59 p. 368 La vaccination est présentée comme une question personnelle, que l'on peut accepter ou non.
The Watchtower (angl.), 01/11/61, p. 670 Étant donné que la WT interdit la consommation de sang, une question des lecteurs porte sur l'acceptation ou pas des vaccins et des sérums. L'article conclut que la vaccination est quasiment "inévitable" aujourd'hui, qu'elle ne constitue pas une violation de la loi de Dieu puisqu'il ne s'agit pas d'un processus destiné à nourrir, mais d'une "contamination du système humain".[17]
The Golden Age (angl.), 22/08/65, p. 20 L'article montre que manifestement, les vaccinations ont fait diminuer les maladies, notamment la poliomyélite.[18]
La Tour de Garde, 01/09/74, p. 543 L'article explique qu'il est nécessaire de bien faire la différence entre un sérum et un vaccin. Le vaccin, qui a pour but d'immuniser une personne, est tout à fait acceptable et semble même présenté comme obligatoire, puisqu'il ne sont pas fait à base de sang. En revanche, le sérum est présenté comme une question de conscience, car il contient une fraction infime de sang, mais ne sert pas à entretenir la vie, mais fournit un moyen de combattre une infection.
Réveillez-vous!, 08/08/93, pp. 22-25 Les vaccins sont présentés comme étant obligatoires, très souvent efficaces et relativement inoffensifs, d'autant que l'écrasante majorité d'entre eux ne sont pas fabriqués à base de sang. L'article conclut : « Les chrétiens éprouvent un grand respect pour la vie et ils désirent faire de leur mieux pour préserver la santé des leurs. Quant à savoir si les membres de votre famille seront vaccinés ou pas, c’est une décision personnelle qui relève de votre conscience. »
La Tour de Garde, 01/10/94, pp. 31 Cette question des lecteurs s'interroge sur le fait d'accepter ou non un vaccin contenant de l'albumine dérivée de sang humain. La réponse est qu'il s'agit d'une question personnelle, et fait remarquer que "les anticorps du sang d’une femme enceinte passent dans le sang du fœtus". Mais il n'y a aucune objection aux vaccins en général.[19]

Ressources sur le sujet

Examen
  • Bergman, Jerry (1994) (anglais), Blood transfusions: A history and evaluation of the religious, biblical and medical objections, Witness Inc.
  • Gruss, Edmond C. (2001) (anglais), Jehovah's Witnesses: Their claims, doctrinal changes and prophetic speculation. What does the record show?, Xulon Press, pp. 336,337 (ISBN 1-931232-30-X)
  • Luc, Jacques (français) "Vaccination, transplantation, transfusion, jamais deux sans trois", sur Aggelia. Consulté le 13 novembre 2009
  • Macmillan, Alexander (1957) (anglais), Faith on the March, Prentice Hall, pp. 188,189
  • Thierry (TJ) (français) "Vaccinations", sur euaggelion2414.com. Consulté le 13 novembre 2009
Collections de citations

Références

  1. Arrowup.png Chryssides, George D. (2008) (anglais), Historical Dictionary of Jehovah's Witnesses, Lanham, Toronto, Plymouth: The Scarecrow Press, p. 133 (ISBN 978-0-8108-6074-2)
  2. Arrowup.png Luc
  3. Arrowup.png WTBTS (anglais) "Beliefs—Medical Treatment", sur jw-media. Consulté le 13 novembre 2009
  4. Arrowup.png "La sécurité s'est améliorée dans Bujumbura rural par rapport au début de l'an 2000", Agence Burundaise de Presse, 2000. Consulté le 13 novembre 2009
  5. Arrowup.png Témoignage de William Cetnar, sur Info-sectes. Consulté le 16 décembre 2009
  6. Arrowup.png Blandre, Bernard (1987), Les Témoins de Jéhovah, un siècle d'histoire, Paris: Desclée de Brouwer, p. 86 (ISBN 978-2-2200-2640-4)
  7. Arrowup.png Gruss, 2001, p. 337
  8. Arrowup.png Macmillan, 1957, pp. 188,189
  9. Arrowup.png Bergman, 1994, p. 33
  10. Arrowup.png Couchouron-Gurung, Céline (2011) (français), Les Témoins de Jéhovah en France — Sociologie d'une controverse, L'Harmattan: Paris, p. 244 (ISBN 978-2-296-14023-3)
  11. Arrowup.png Wills, Tony (2006, 2è éd.) (anglais), A People for His Name: A History of Jehovah's Witnesses and an Evaluation, Morrisville: Lulu Enterprises, p. 110 (ISBN 978-1-4303-0100-4)
  12. Arrowup.png Original en anglais:
    « Thinking people would rather have smallpox than vaccination, because the latter sows seeds of syphilis, cancers, eczema, erysipelas, scrofula, consumption, even leprosy and many other loathsome affections. Hence the practice of vaccinations is a crime, an outrage, and a delusion. »
  13. Arrowup.png (en) The Golden Age, 4 février 1931, p. 293 Consulté le 13 novembre 2009
  14. Arrowup.png The Golden Age, 2 avril 1935, p. 465 :
    « As vaccination is a direct injection of animal matter in the blood stream, vaccination is a direct violation of the law of Jehovah God. »
  15. Arrowup.png Cet organisme était opposé à la vaccination et H.B Anderson a écrit un livre intitulé The Facts against Compulsory Vaccination (Voir p. 4 et 5 de ce document, Voir aussi la critique de ce livre dans la revue de l'époque American Journal of Public Health). Pour une revue des différents mouvements anti-vaccinations dont le Citizen Medical Reference Bureau de New-York, voir l'extrait Google de Science in democracy
  16. Arrowup.png (en) Watchtower, 15 février 1952, p. 764 Consulté le 13 novembre 2009
  17. Arrowup.png (en) Watchtower, 1 novembre 1952, p. 670 Consulté le 13 novembre 2009
  18. Arrowup.png (en) Watchtower, 22 août 1965, p. 20 Consulté le 13 novembre 2009
  19. Arrowup.png (en) Watchtower, 1 octobre 1994, p. 31 Consulté le 13 novembre 2009