Mémorial

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

La commémoration de la mort du Christ ou Repas du Seigneur, appelé souvent tout simplement Mémorial de la mort de Jésus, est la seule fête[1] que les Témoins de Jéhovah observent dans le cadre de leur culte. Pour eux, c'est l'événement le plus important de l'année. Il constitue un moment de grand recueillement. Cette cérémonie est célébrée une fois l'an en mémoire de la mort Jésus Christ. Elle correspond à la Sainte Cène[2] ou eucharistie au sein des autres Églises chrétiennes. Toutefois, chez les Témoins de Jéhovah, cette commémoration comporte certaines particularités qui lui sont propres.

Origines

Le mouvement déclare que c'est la seule fête que la Bible ordonne expressément d'observer, en se basant sur Luc 22:19 qui déclare :

« Continuez à faire ceci en souvenir de moi. »

Il est à noter que cette phrase ne figure pas dans les Évangiles selon Matthieu, Marc, et Jean - ce dernier n'évoque pas du tout la distribution de pain et de vin lors du dernier repas de Jésus avec ses disciples, mais mentionne plutôt un lavage de pieds qu'il semble instaurer comme un rituel -, ni par les manuscrits les plus anciens de Luc. Apparemment, Luc s'est inspiré de 1 Corinthiens 11 qui mentionne l'ordre de célébrer la Cène, ce qui amène à penser que le Christ n'a pas réellement prononcé les paroles de Luc 22:19 et que pour la majorité des écrivains bibliques et les premiers chrétiens, la célébration de la Cène n'est pas aussi importante que le laisse entendre la Société Watch Tower.[3]

De plus, comme le soulignent des historiens, la Cène célébrée par les chrétiens (et donc aussi par les Témoins) "paraît indiscutablement d'origine mithriaque. Son antériorité par rapport à son homologue chrétien paraît bien établie". En effet, plusieurs siècles avec les Évangiles, les adorateurs du dieu perse Mithra procédaient à un rituel étonnamment similaire à la Cène : ils utilisaient un petit pain rond appelé draona ainsi que du vin consistant en "une transubstantation pure et simple comme l'atteste un texte du Moyen-Age (cité par Cumont) et attribué au prophète persan Zarathoustra (confondu avec Mithra): "Celui qui ne mangera point mon corps et ne boira point mon sang de façon à se confondre avec moi et moi avec lui, n'aura point le salut". La cérémonie était tellement ressemblante que l'apologiste Tertullien écrivit: "Le banquet du culte de Mithra est une diabolique parodie de l'Eucharistie."[4] Ainsi, cette célébration tire ses origines dans le paganisme.

De plus, les manuscrits de la Mer Morte découverts en 1949 et comportant des manuscrits du IIIe siècle avant notre ère au Ier siècle de notre ère ont révélé qu’à Qumran, un repas était pris en commun au cours duquel un prêtre bénissait le pain et le vin avant de les passer aux participants (Manuel de la Discipline) et cela plus d'un siècle avant l'instauration supposée de ce rituel par Jésus.[5] Ce repas, partagé en la présence des deux messies postulés à Qumrân, était réservé aux adeptes rituellement purs (voir en parallèle 1 Corinthiens 11:27-29).

Raisons du Mémorial

Les raisons évoquées par le Témoins sont globalement similaires à celles avancées par les autres Églises chrétiennes : Christ, par sa mort, a défendu la souveraineté de Dieu, prouvant ainsi que le Diable était un menteur. Adam avait perdu la vie humaine parfaite et transmis l'imperfection et la mort à tous, mais Jésus, en mourant en tant qu'humain parfait, a annulé ces effets indésirables du péché (Matthieu 20:28). Ainsi, pour les Témoins de Jéhovah, la mort de Jésus Christ célébrée lors du Mémorial est le rappel du salut des humains grâce à la rançon de Jésus. De ce fait, la présence à cet événement tant des observateurs que des participants est, selon le mouvement, une marque de reconnaissance envers Dieu et Jésus. La Société Watch Tower pense qu'il n'est pas nécessaire de consommer les emblèmes du Mémorial pour obtenir le pardon des péchés et recevoir la vie éternelle, car elle estime que les fidèles de l'Ancien Testament ne consommeront pas ces emblèmes à leur résurrection.

Il est toutefois possible de comprendre de façon différente l'ordre de Luc 22:19, ces paroles pouvant signifier qu'il faut agir de la même manière que le Christ, autrement dit "[s']offrir en sacrifice pour les autres, et tâcher d’être la nourriture de leur existence. (...) Ainsi, les chrétiens, au lieu de dire aux autres : « Mangez-moi donc, voici mon corps, voici mon sang... » disent: « Voici le corps du Christ... » Au lieu de s'offrir eux-mêmes en sacrifice pour le monde et pour les autres, ils disent : « Jésus s’est offert en sacrifice. »"[6]

Historique

Les Étudiants de la Bible commencèrent à commémorer cette célébration en 1876. Dès les débuts du mouvement, Russell « insistait [sur la rançon] comme pierre angulaire de la foi chrétienne ». Pour lui, les humains avait un besoin impérieux d'une rançon. Au départ, le groupe de Pittsburgh s'est réuni chez des fidèles du mouvement, puis en 1883 dans une salle louée, puis en 1905, dans le grand Carnegie Hall. De 1886 à 1893, La Tour de Garde encouragea ses lecteurs à assister à la commémoration de Pittsburgh. Étant donné l'importance attachée à cet événement, les TJ l'ont toujours observé, y compris lorsque les circonstances étaient défavorables, même dans les camps de concentration et les prisons.[7]

Déroulement de la cérémonie

Description

Mémorial célébré en 2005

L'événement se déroule comme suit:[8][9][10][11]

Il a très souvent lieu dans une Salle du Royaume, mais parfois lorsque plusieurs congrégations partagent le même lieu de culte, une salle municipale peut être louée à cette occasion. Un nettoyage en profondeur est organisé souvent le jour même et auquel participent bon nombre de fidèles. Fréquemment, la salle est davantage décorée qu'à l'habitude à cette occasion et les publications principales du mouvement sont mises en évidence sur les comptoirs afin d'attirer l'attention des nouveaux venus. Plusieurs coupes de vin et assiettes contenant du pain sont disposées sur une table située sur l'estrade. Les adeptes s'habillent généralement mieux qu'à l'ordinaire.

La commémoration débute par un cantique approprié à la circonstance tiré du recueil Louons Jéhovah par nos chants, suivi d'une prière. Le discours est prononcé par un ancien local particulièrement doué pour ses qualités oratoires, étant donné que des personnes nouvelles seront présentes dans l'assistance. Sont évoquées lors du discours les raisons du sacrifice du Christ et l'impact que celui-ci doit avoir dans la vie des chrétiens, une explication sur le pourquoi et la façon dont le Mémorial a été institué, et un examen des deux espérances proposées par les Témoins. Une prière en faveur du pain est ensuite prononcée par un ancien, après quoi des serveurs désignés d'avance (souvent des anciens et assistants ministériels locaux) font circuler les assiettes contenant ce pain parmi les assistants. Suivant les mêmes modalités, on procède ensuite au passage des verres de vin après une autre prière. Puis l'orateur encourage vivement les assistants occasionnels à se joindre régulièrement aux activités des Témoins, notamment en acceptant une étude biblique à domicile si cela n'est pas encore le cas. L'auditoire est spécialement conviée à un discours dit 'spécial' donné environ deux semaines plus tard. La réunion se termine, suivant Matthieu 26:30, par un cantique et une prière.

En général, après la cérémonie, les adeptes répondent aux questions des nouveaux venus, leur font visiter la Salle du Royaume, et s'attardent un peu plus longtemps qu'à l'accoutumée, à moins qu'une autre congrégation se réunisse ensuite. En tout, la cérémonie a duré environ une heure. Elle revêt un caractère solennel, car elle commémore l'offrande du Christ, au travers de son sacrifice pour le salut de l'humanité. Elle n'est pas une fête au sens commun du terme, malgré la réjouissance liée à l'espérance fondée sur celui-ci.

Décryptage

Un site[12] qui se définit lui-même comme "axée sur la manipulation sous toutes ses formes; produits de communication, marketing, rhétorique ou encore publicité" interprète différemment l'accueil et le déroulement du Mémorial, le webmaster ayant assisté à celui de 2009. Pour lui, à son arrivé au Mémorial, tout le monde a essayé de lui montrer qu'il pénétrait dans un "lieu apaisé et aimant où le sentiment de communauté est profond", puis quelqu'un l'a pris en charge et s'est assis auprès de lui pour le faire suivre dans sa Bible et répondre à ses questions. Puis l'auteur a, selon lui, disséminé l'idée de peur en montrant la dangerosité de notre époque, utilisé un faux dilemme (donner tout ce que l'on a à Dieu ou seulement des miettes ?), puis une fausse contradiction ("la relation entre l'homme et Dieu serait une interrelation") et enfin une invitation pressante à se joindre aux Témoins.

Il déclare en conclusion:

« En résumé, les Témoins de Jéhovah ont démontré ce soir leur compétence en matière de communication et de prospection commerciale.
  • Une leçon de communication événementielle : des flyers d’invitation à l'accueil et accompagnement, le visiteur est interpellé et pris en charge.
  • Une rhétorique affûtée : (...) Un apprentissage de la rhétorique qui leur sert d’arme efficace pour leur démarchage au porte à porte.
  • Produit et arguments de vente : (...) Les témoins vendent ce concept [l'amour de Dieu] en prenant appui sur la chaleur de la communauté ; sa structure, son unité et sa cohésion. »

Il faut savoir en effet que la Société Watch Tower recommande au préalable aux fidèles de procéder à un accueil chaleureux aux nouveaux venus, qu'on pourrait qualifier de 'love boombing'. Même si l'adepte en lui-même est sincère dans sa démarche, il n'empêche que cela n'est souvent pas spontané, mais relève des instructions du mouvement. Ainsi, voici ce que déclare Le Ministère du Royaume de mars 2007, p. 3:

« Le soir du Mémorial, organisez-vous pour arriver suffisamment tôt afin de pouvoir souhaiter la bienvenue aux personnes qui s’intéressent au message, notamment à celles que vous avez invitées. Vous voudrez peut-être vous asseoir à côté d'elles et veiller à ce qu’elles aient une Bible et un recueil de cantiques. Présentez-les à d’autres proclamateurs de la congrégation. Après la réunion, rendez-vous disponible pour répondre à leurs questions. Conviez-les aussi au discours spécial qui sera prononcé le 15 avril. Les anciens particulièrement voudront s'assurer que les proclamateurs inactifs qui ont cessé de fréquenter la congrégation ont reçu une invitation pour le Mémorial et pour le discours spécial. »

Malheureusement, le désir de convertir est bien souvent la seule raison de cette empathie, et une personne qui ne s'intéresse pas du tout au message TJ ou un TJ de longue date qui n'apporte pas grand chose au mouvement n'est ordinairement pas entouré d'autant d'attention.

Signification des emblèmes

Selon la Bible, Jésus a rompu un pain et a dit: "Ceci représente mon corps qui est pour vous" (1 Corinthiens 11:24 ; Marc 14:22). Toujours selon le récit biblique, Jésus, prit une coupe, "rendit grâces et la donna aux apôtres, et ils en burent tous", et expliqua: "Ceci représente mon 'sang de l’alliance', qui va être répandu en faveur de beaucoup" (Marc 14:23, 24).

La compréhension des dirigeants de l'organisation a changé au fil des années à propos de la signification de ces paroles: en 1884, Russell estimait que les emblèmes représentaient le corps et le sang du Christ, ce qui était commun aux confessions chrétiennes.[13] Toutefois, dès 1904, le pain et le vin furent considérés comme représentant également les membres de l'Église du Christ, la Congrégation chrétienne.[14] Puis soudain, en 1938, La Tour de Garde affirma que le pain ne pouvait pas symboliser le corps du Christ, car le pain était brisé, or Psaume 34:20 déclare que, selon l'interprétation que l'Évangile johannique fait de ce passage, pas un des os du Christ ne serait brisé. Ce point de vue fut réitéré par la suite et La Tour de Garde du 15 mai 1955 ira jusqu'à dire: "Il est clair que le pain ne représente pas le corps du Christ".[15] Mais dès l'année suivante, le pain représenta à nouveau le corps du Christ, et à cette fin, le livre Assurez-vous de toutes choses fut modifié entre l'édition de 1953 (dans laquelle "Jésus Christ se réfère à l'Église avec les mots "ceci est mon corps""), et celle de 1965 ("le pain représente le corps charnel de Jésus").[16] Cette explication est toujours d'actualité.

Dans la compréhension des Témoins actuels, puisque le levain est un symbole du péché, de méchanceté ou de perversité et Jésus était exempt de péché, le pain présenté lors du Mémorial doit être un pain non levé. Dans certains cas, les fidèles utilisent du pain azyme juif qui ne contient pas d'autres ingrédients, ou du pain sans levain préparé avec de la farine complète du blé (voire de riz ou de maïs), mélangée à de l'eau.[17] Par contre, pour les Témoins de Jéhovah, l'expression "rompre le pain" n’a pas de signification spirituelle.

Selon les Témoins, la coupe en question contenait bien du vin, et non du jus de raisin non fermenté,[8] car on buvait du vin lorsqu’on célébrait la Pâque, et le Christ s'en est servi quand il a institué le Mémorial de sa mort. Toutefois, en raison de l'ivrognerie courante à son époque et fidèle à l'exemple des premiers adventistes, Charles Taze Russell, tout en reconnaissait que les Juifs utilisaient du vin lors de la Pâque, recommandait de ne pas boire de l'alcool lors du Mémorial, mais plutôt du jus de raisin additionné de quelques goutes de vin.[11] De surcroît, selon Russell, les vins de l'époque étaient altérés d'une manière qui était susceptible de se révéler dangereuse; en conséquence, du jus de raison était également servi lors du Mémorial, mais une seule personne en avait pris lors de la cérémonie de 1883.[18] Actuellement, seul du vin rouge constitue pour le mouvement un symbole approprié pour représente le sang du Jésus, et donc tout vin d'une autre couleur, ou sucré ou aromatisé est jugé non convenable. Il est possible d'utiliser du vin rouge fait maison non sucré.

Les Témoins rejettent les doctrines de la transsubstantiation, de la consubstantiation et de la présence réelle du Christ,[8][9][11] car ils font remarquer que, lorsqu'il a institué ce repas, Jésus n'a pas transformé les emblèmes en sa chair et en son sang que les disciples allaient consommer, ce qui aurait été considéré comme du cannibalisme en violation de la Loi Mosaïque. Par conséquent, le pain et le vin n'ont qu'une nature symbolique qu'ils perdent après la célébration et peuvent donc être consommés comme n'importe quel aliment.

Participants aux emblèmes

Contrairement à ce qui se passe dans la plupart des Églises chrétiennes, seule une très petite minorité d'assistants consomment le vin et le pain, et dans bien des congrégations, personne ne les prend.[10] Selon les Témoins, seuls ceux faisant partie de "la nouvelle alliance" et de "l'alliance du Royaume avec Jésus Christ", appelés « membres oints », peuvent consommer le pain et le vin. Celui qui prend ces emblèmes « montr[e] qu'il n'est pas de ce monde et qu'il particip[e] aux souffrances et à la mort du Seigneur ».[11] Les personnes concernées sont au nombre de 144 000, chiffre mentionné en Révélation 7:4,14:1 et pris littéralement.[2] D'après la Watch Tower, le choix de ces personnes a commencé à la Pentecôte 33 de notre ère avec l'effusion de l'esprit saint et s'est poursuivi jusqu'à aujourd'hui. Toutefois, comme la plupart des personnes composant ce groupe sont déjà mortes, seule une minorité consomment les emblèmes à présent. Cette vision théologique, qui divisent les fidèles en deux classes ayant des espérances différentes, est critiquée par les mouvements évangéliques et le catholicisme qui estiment que tous les chrétiens doivent prendre part au pain et au vin.[2][19][20]

Pour les Témoins, ceux qui sont autorisés à prendre part aux emblèmes savent tout naturellement qu'ils ont une espérance céleste, citant Romains 8:16,17, bien qu'en fait ce chapitre ne fasse mention que de deux sortes d'esprit: celui de Dieu et celui du monde, et donc pas de troisième possibilité pour les non-oints. Il est toutefois possible de perdre cette espérance en étant infidèle aux directives du mouvement. Si un adepte n'est pas certain de son appel, il doit s'abstenir de consommer les emblèmes car ce serait un péché grave que quelqu'un s'affirme oint s'il ne l'est pas. Cette vision est critiquée par les autres groupes chrétiens ainsi que par Raymond Franz, ancien membre du Collège Central, pour qui l'espérance du ciel est commune à tous les chrétiens sans distinction. De plus, des critiques du mouvement disent qu'il n'y a aucune preuve matérielle qu'un membre oint l'est effectivement, hormis l'intime conviction de celui-ci que les autres sont bien obligés de croire sur parole.[10]

Si un oint est dans l'impossibilité d'assister au Mémorial pour cause de maladie, un anciens de sa congrégation doit lui apporter les emblèmes la nuit même, avant le lever du soleil, et si cela ne peut absolument pas se faire, la Société Watch Tower dit qu'on peut faire valoir le passage de Nombres 9:9-14 et célébrer le Mémorial en privé 30 jours plus tard. Cette disposition ne s'applique pas à un non-oint.[21] Il est toutefois curieux d'utiliser un passage de la Loi mosaïque pour l'appliquer aux chrétiens lorsque dans le même temps on reconnaît que celle-ci a été abolie.

Date du Mémorial

La dernière commémoration du Mémorial de la mort du Christ par les TJ eut lieu le 9 avril 2009, mais la date peut varier suivant les années.[9] Elle a lieu le soir de la première pleine lune suivant la première nouvelle lune du printemps, ce qui correspond au 14 Nisan du calendrier juif.

Périodicité de l'événement

La Société Watch Tower dit que la Pâque célébrant la délivrance d'Israël n'avait lieu qu'une fois par an, le 14è jour du mois juif de Nisan (Exode 12:6, 14 et Lévitique 23:5), et que Christ est appelé « notre Pâque » en 1 Corinthiens 5:7, remplaçant ainsi la Pâque juive par le Mémorial. De ce fait, et contrairement à la majorité des Églises chrétiennes qui pratiquent l'eucharistie toutes les semaines ou tous les jours, les Témoins ne célèbrent cette commémoration qu'une fois par an. De plus, la Société Watchtower comprend 1 Thessaloniciens 4:14-17 (les oints commémoreraient la mort de Christ « jusqu'à ce qu'il arrive ») comme une indication que cette observance se poursuivrait jusqu'à ce que Jésus arrive pour accueillir ses disciples oints dans les cieux, au moyen d'une résurrection à la vie spirituelle durant sa 'présence'. Ce serait donc que lorsque tous les oints seraient décédés,[11] c'est-à-dire durant le Millénium, que la cérémonie ne serait plus observée.

La Société Watch Tower dit qu'elle suit fidèlement l'exemple laissé par les premiers chrétiens. Ses publications[22] affirment que ce n'est que vers la fin du IIè siècle que le Mémorial en vint à être célébrer tous les dimanches, et qu'en 314, le concile d'Arles a tenté d'imposer cette décision et que c'est devenu officiel en 325 avec Constantin Ier et le concile de Nicée. Certaines déclarations d'historiens sont citées pour prouver que des chrétiens ne commémoraient le Mémorial qu'une fois l'an, à la date correspondant au 14 Nisan du calendrier juif: « Les chrétiens d'Asie Mineure étaient appelés Quartodécimans [quatorzièmes], d'après leur coutume de célébrer la paska [le Repas du Seigneur] invariablement le 14è jour de Nisan », suivant « la coutume de l'Église de Jérusalem ».

Pourtant, tant des versets bibliques que des documents historiques relatifs à la fréquence de l'eucharistie chez les premiers chrétiens prouvent que ceux-ci la célébraient chaque semaine, tous les dimanches. Par exemple, les versets d'Actes 2:42, 46 ; 20:7, expliquent dans une note en bas de page (TMN) que l'expression "prendre leurs repas" signifie littéralement "rompre le pain", la même expression que Jésus a employé quand il a institué la Cène, et associent ces repas à des pratiques religieuses (enseignement des apôtres, prières, présence dans le temple).

1 Corinthiens 11:26 déclare: « Toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous continuez à proclamer la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il arrive », ce qui tendrait à montrer le caractère récurrent de la Cène qui serait célébrée plus qu'une fois dans l'année (voir également le contexte : 1 Corinthiens 11:17-34, qui indique que le "Repas du Seigneur" se répétait fréquemment). La Société Watch Tower affirme que le rédacteur biblique utilise les termes grecs 'pollakis' et 'hosakis' signifiant 'aussi souvent que' ou 'chaque fois que', pensant que le verset n'aborde pas la fréquence du Mémorial, mais la manière de l'observer (proclamation de leur foi dans le sacrifice du Christ),[23] et compare cela à un anniversaire de mariage, célébré une seule fois dans l'année.[24]

De même, la Société Watch Tower cite à plusieurs reprises[25][26][27] l'une des premières professions de foi chrétienne non bibliques appelée la Didachè, ou Enseignement des Douze Apôtres, écrite lorsque l'apôtre Jean était vivant ou peu après sa mort, et ceci afin de prouver que les premiers chrétiens ne croyaient pas en la Trinité, rejetaient l'avortement et devaient être hospitaliers. Pourtant, cette profession de foi, ainsi que Justin Martyr dans sa Première Apologie (vers 150 ap. JC), indiquent que ceux-ci se réunissaient chaque dimanche pour célébrer l'eucharistie.[28]

Événements entourant le Mémorial

À l'époque du Mémorial, la Société Watchtower encourage ses adeptes à s'investir plus que d'habitude dans le prosélytisme,[10] ce qui constituerait un signe de reconnaissance envers Jéhovah et Jésus. Par exemple, le bulletin interne Le Ministère du Royaume incite vivement les membres à entreprendre le service de pionnier auxiliaire durant les mois de mars, avril et/ou mai, c'est-à-dire à consacrer mensuellement 50 heures à cette activité. Des cas extrêmes de pionniers sont relatés comme exemple à suivre (adeptes malades, âgés ou ayant une famille à charge étant devenu pionniers). C'est souvent lors de ces mois-là que de nouveaux records du nombre de pionniers sont réalisés, en France (environ 13 000) et dans le monde.

Les membres de la congrégation doivent, suivant les directives du mouvement, inviter à la commémoration toute personne susceptible d'être intéressée: il peut s'agir de membres de sa famille, de personnes avec lesquelles on étudie un manuel jéhoviste, de personnes réceptives rencontrées dans le cadre du porte à porte, de collèges de travail, de voisins, etc.[11] Il est conseillé d'établir une liste afin de n'oublier personne. Des feuillets d'invitation résumant succinctement le déroulement du Mémorial, et précisant au dos la date et la lieu de la commémoration sont mises à disposition des membres afin d'être utilisées dans le cadre du porte à porte. Certaines années, des campagnes spéciales d'invitation ont été organisées au moyen d'une diffusion systématique d'un imprimé, et les périodiques La Tour de Garde et Réveillez-vous! annoncent l'événement en dernière page.[9] Le but est d'atteindre l'assistance maximale qui sera ensuite présentée par le mouvement comme le nombre de "fidèles et sympathisants".

La semaine précédant le Mémorial, les adeptes sont invités à lire chaque jour le récit des derniers jours vie de Jésus tel que compris par le mouvement.[10] La portion quotidienne de lecture figure dans la brochure Examinons les Écritures chaque jour ainsi que sur le Calendrier des Témoins de Jéhovah. Il est conseillé de consulter en parallèle le livre Le plus grand Homme de tous les temps, édité par la Société Watch Tower et retraçant chronologiquement les événements rapportés dans les Évangiles (la chronologie n'est si évident que cela, compte tenu des divergences entre les textes bibliques, mais la Société Watch Tower affirme pouvoir dresser un ordre des événements de la vie du Christ). Il faut aussi 'méditer' et préparer son cœur à cette cérémonie, ce qui signifie bien s'imprégner de la littérature jéhoviste.

Statistiques

Nombre d'assistants

Le nombre d'assistants correspond à l'ensemble des personnes ayant assisté à la commémoration, quelque soit leur espérance (céleste ou terrestre) ou leur religion. Actuellement, environ dix millions d'assistants au Mémorial ne sont pas des adeptes, mais simplement des sympathisants du mouvement. C'est en se basant sur ces chiffres que le mouvement considère qu'il y a un accroissement futur possible, par exemple en France (Métropole + Outre-Mer) où environ 250 000 personnes assistent au Mémorial.

Des observateurs estiment toutefois que ces chiffres, fréquemment mis en avant dans les médias par les Témoins de Jéhovah comme étant le nombre de fidèles,[29] ne sont pas représentatifs de la force réelle du mouvement et constituent donc une surévaluation afin de se donner de l'importance.[30] Ces mêmes observateurs font remarquer que, lors de cette soirée, les assistants ne sont jamais prévenus qu'ils seront comptabilisés comme "fidèles" du mouvement. Leur assistance sera donc utilisée à leur insu à des fins de communication publique.

Avant 1932, les rapports de l'assistance au Mémorial étaient incomplets, car seuls les groupes de plusieurs dizaines de personnes n'étaient comptabilisés.[31]

En 2012, la Commémoration a donc réuni plus de 19 millions de personnes dans le monde.

Année Assistance au Mémorial Nombre de proclamateurs Nombre de participants au Mémorial
1883 environ 100 environ 100 environ 100
1914 18 243 5 155 environ 5 155
1919 21 411 5 793 environ 5 793
1935 63 146 À compléter 52 465
1940 96 989 À compléter 27 711
1945 186 247 À compléter 22 328
1950 511 203 À compléter 22 723
1955 878 303 À compléter 16 815
1960 1 519 821 À compléter 13 911
1965 1 933 089 À compléter 11 550
1970 3 226 168 À compléter 10 526
1975 4 925 643 À compléter 10 550
1980 5 726 656 À compléter 9 564
1985 7 792 109 3 024 131 9 051
1992 11 431 171 4 472 787 8 683
2000 14 872 086 6 035 564 8 661
2006 16 675 113 6 491 775 8 758
2012 19 013 343 7 538 994 12 604
Les dix pays ayant la plus grande assistance Assistance (2012)
Etats-Unis.jpg États-Unis 2 502 055
Mexique 2 224 500
Brésil 1 663 221
République démocratique du Congo 1 001 518
Zambie 738 978
Nigeria 673 264
Philippines.jpg Philippines 547 408
Colombie 490 538
Italie.jpg Italie 452 062
Angola 441 602

Nombre de participants

Voir article détaillé Oints

Le nombre de personnes consommant les emblèmes lors de la célébration sont officiellement uniquement des membres du mouvement baptisés et ayant démontré leur obéissance envers l'organisation pendant de nombreuses années. Les membres formant le corps dirigeant des Témoins de Jéhovah appelé Collège Central sont tous censés faire partie de cette classe des membres oints. Étant donné que l'appel des oints, au nombre de 144 000, est censé avoir commencé en 33 de notre ère et s'est poursuivi jusqu'à aujourd'hui, il ne devrait quasiment plus y avoir de oints encore vivants. Pourtant, ce nombre, qui tournait autour de 8 000 depuis quelques années, connaît actuellement une nette augmentation.

Ce chiffre ne diminue plus et parfois augmente légèrement depuis 1989, ce qui amènent des observateurs[32] à s'interroger sur la supposée nature ointe des participants au Mémorial. À cet égard, la Société Watch Tower ne prétend pas dans ses publications que ces personnes soient effectivement ointes: dans ses rapports figurant notamment dans son Annuaire annuel, elle indique 'Nombre de participants au Mémorial', et non 'Nombre de oints'. De plus, à l'approche de la Commémoration, des articles d'étude de La Tour de Garde rappellent aux fidèles de ne pas consommer les emblèmes à mauvais escient. Il est expliqué que plusieurs situations peuvent faire penser à tort à certains qu'ils ont reçu l'appel céleste: ce peut être la mort d’un conjoint ou un autre drame ayant fait perdre à l'intéressé tout intérêt pour la vie sur la terre, l'envie de partager l'avenir d’un ami intime affirmant être un chrétien oint, la prise de médicaments ou une dépression nerveuse pouvant faire entendre des voix, ou encore l'influence des croyances des autres Églises chrétiennes selon lesquelles tous les bons vont au ciel.[33]

Questionnée au sujet du nombre de oints encore vivants, compte tenu du nombre de chrétiens aux premier siècle (en se basant sur les chiffres fournis dans la Bible elle-même), la Société Watch Tower répondit que beaucoup des chrétiens des premiers temps avaient sombré dans l'apostasie et n'étaient donc pas de vrais oints, alors que bon nombre d'entre eux sont morts en martyrs.[34]

Par ailleurs, l'augmentation du nombre de oints a conduit à un révision de la doctrine: en effet, en 2007, la date de 1935, qui marquait la fin de l'appel céleste, a été abandonnée, ce qui permet de justifier cette hausse puisqu'il peut y avoir des appels encore actuellement. L'enseignement actuel des Témoins de Jéhovah est que Dieu n'avait pas jugé bon de remplacer les oints qui avaient chuté, mais qu'il estime maintenant nécessaire de le faire, car étant soit-disant au temps de la fin, il faut plus de oints pour diriger son organisation (ce qui expliquerait l'augmentation du nombre). Ainsi, alors que la Société Watch Tower a dit pendant de nombreuses années que la diminution du nombre de oints constituait l'un des six critères pour identifier notre époque comme le temps de la fin, c'est désormais exactement l'inverse — la multiplication de ceux-ci — qui en serait la preuve.

Ressources sur le sujet

Références

  1. Arrowup.png Quid 2007 :
    « Fête annuelle : Mémorial institué par J.-C. Assistance mondiale 2005 : 16 383 000. »
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 "Pourquoi les témoins de Jéhovah ne prennent-ils pas le pain lors du mémorial ?", sur Dix vierges.online
  3. Arrowup.png "La Cène : ni trop, ni trop peu", sur André Gounelle, sur Évangile et Liberté Consulté le 1 novembre 2009
  4. Arrowup.png "Mithra et l'Eucharistie Chrétienne, Robert C. Van Asshe Consulté le 10 novembre 2009
  5. Arrowup.png Herschel Shanks, L'énigme des manuscrits de la Mer Morte, pp. 262-64
  6. Arrowup.png Pernot, Louis (novembre 2007), "« Faites ceci en mémoire de moi », Évangile et Liberté. Consulté le 1 novembre 2009
  7. Arrowup.png WTBTS (1993), Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 242,243
  8. 8,0, 8,1 et 8,2 Penton, 1997, pp. 192,193
  9. 9,0, 9,1, 9,2 et 9,3 Barbey, 2003, pp. 132-35
  10. 10,0, 10,1, 10,2, 10,3 et 10,4 Jacquette, 2007, pp. 83-85
  11. 11,0, 11,1, 11,2, 11,3, 11,4 et 11,5 Blandre, 1991, pp. 116-18
  12. Arrowup.png Compubmarket (12 avril 2009), "Une leçon de communication en compagnie des Témoins de Jéhovah", compubmarket.wordpress.com, version archivée du 14 décembre 2009. Consulté le 31 octobre 2009
  13. Arrowup.png Wills, 1967, pp. 461-62, qui se base sur Zion’s Watch Tower and Herald of Christ’s Presence, 1er avril 1894
  14. Arrowup.png Wills, 1967, p. 463, qui se base sur La Nouvelle Création, 1904, p. 466; La Tour de Garde (anglais), 15 juillet 1909: La Tour de Garde (anglais), 15 février 1922
  15. Arrowup.png Wills, 1967, pp. 464-70, qui se base sur La Tour de Garde (anglais), 1er mars 1938; La Tour de Garde (anglais), 1er mars 1943, p. 71; La Tour de Garde (anglais), 15 novembre 1949; La Tour de Garde (anglais), 15 mai 1955
  16. Arrowup.png Wills, 1967, pp. 470-72, qui se base sur La Tour de Garde (italien), 15 février 1956; La Tour de Garde (italien), 15 décembre 1959
  17. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 février 1985, p. 17
  18. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), juillet 1883, R509, pp. 6,7, "The Bread and the Wine"
  19. Arrowup.png Vitam Impedire Vero, ""Mémorial de la mort de Jésus-Christ", v.i.v.free.fr. Consulté le 31 octobre 2009
  20. Arrowup.png Christian Apologetics & Research Ministry (anglais), "The Lord's Supper and the 144,000 Anointed Class of Jehovah's Witnesses", carm.org. Consulté le 31 octobre 2009
  21. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mars 2003, p. 31
  22. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mars 1994, pp. 5-6
  23. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er janvier 2003, p. 31
  24. Arrowup.png WTBTS (1985), Comment raisonner à partir des Écritures, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 244
  25. Arrowup.png Réveillez-vous !, 8 avril 1987, p. 15
  26. Arrowup.png La Tour de Garde, 1 février 1992, pp. 19,20
  27. Arrowup.png Le Tour de Garde, 15 janvier 2005, p. 22
  28. Arrowup.png Infotdgeova (italien), "Le riunioni dei primi cristiani", infotdgeova.it. Consulté le 1 novembre 2009
  29. Arrowup.png Lettre de Guy Canonici au premier ministre, le 10 octobre 2006. L'auteur dit page 9: "avec nos quelque 250 000 fidèles" Lettre Premier Ministre
  30. Arrowup.png Lucretius (2006), "Les chiffres ont bon dos", TJ Révelation. Consulté le 7 novembre 2009
  31. Arrowup.png WTBTS (1993), Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, p.717
  32. Arrowup.png Une Lueur dans l'Obscurité, "Statistiques des participants au Mémorial depuis 1970", unelueur.org, version archivée du 19 octobre 2010. Consulté le 7 novembre 2009
  33. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 février 2003, p. 20
  34. Arrowup.png Luc, Jacques, "Un "simple calcul" ou comment la Watch Tower jongle avec les chiffres", Aggelia. Consulté le 7 novembre 2009